Forum pour les fans de Visual kei
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Sam 20 Juin - 17:37

Résumé : Aya Suzuki est une jeune fille de 20 ans, fan du groupe de Visual Kei The GazettE, plus particulièrement de Reita, le bassiste. Elle vit avec sa mère et n'a jamais connu son père qu'elle considère comme un lâche puisque celui-ci est parti avant sa naissance. Tout se passait bien dans sa vie jusqu'à ce qu'on lui annonce que sa mère est gravement malade et qu'il ne lui reste plus que trois mois à vivre. Peu de temps avant sa mort, la mère de Aya lui anonce qu'elle a une frère qui n'est autre que Reita et qu'elle doit aller le rejoindre. Aya exécute donc la dernière volonté de sa mère et va ainsi débuté une nouvelle vie.

Remarque : Depuis quelques temps je voulais faire une fic sur The GazettE, mais je ne savais comment commencer. Puis, l'idée est apparue et s'est aggrandie. Au début, je n'avais prévu que 10 chapitres, mais je me rend compte qu'il ne faut jamais prévoir. En effet, elle en contient 26. Au programme, de la tristesse, du rire et un peu d'amour, quand même. Pour ce qui est du rire, je me suis un peu laissée emporter. Les homophobes, FUYEZ !!!



Chapitre 1

Quelle journée pourrie ! Voilà, c’est ce que je me suis dit. Moi, c’est Aya Suzuki, 20 ans et je vis à Kyoto. Suzuki. Je hais ce nom. Le nom de mon bâtard de père qui a abandonné ma mère dès qu’il a su qu’il l’avait mise enceinte. Elle a dû m’élever toute seule, par chance je n’ai pas était trop insupportable. Elle a juste eu quelques frayeurs croyant que je faisais ma crise d’adolescence en voyant mon look, mais non, puisque j’ai toujours le même.

C’est le printemps. Je suis assise sur le rebord de ma fenêtre et regarde dehors tout en écoutant de la musique (The GazettE). Il pleut à torrent et c’est à ce moment-là que je me disais « Quelle journée pourrie ». Je repense à ce que le médecin m’a dit : « Il ne reste plus que trois mois à vivre pour votre mère ». Je savais qu’elle était malade mais je ne savais pas que ça allait aller aussi vite. Trois mois. C’est rien.
Je regarde l’heure. 19h. Je me lève et pose mon mp4. Je vais préparer le dîner. Je sais que ma mère n’a plus d’appétit mais c’est un des rares réconforts qu’elle peut trouver. Je monte dans sa chambre et lui apporte. On mange toutes les deux, puis on parle, essentiellement de ma jeunesse. Je vois que ma mère est fatiguée, alors je débarrasse et remonte la couverture sur elle. J’éteins la lumière et pars me coucher après avoir fait la vaisselle. Et cela allait durer pendant trois mois.


Dernière édition par Kyôsuke le Jeu 2 Juil - 5:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Sam 27 Juin - 11:51

Chapitre 2

Trois mois sont passés. L’heure fatidique va arriver. Grand mystère, je ne pleure pas, comme si je ne ressentais rien. Je ne comprends pas.
J’apporte le petit-déjeuner à ma mère. Elle est très pâle. Puis j’entends un murmure. Elle essaye de me parler. Je m’approche donc.
MOI : Qu’est-ce qu’il y a ? Ne gaspilles pas tes forces inutilement.
MA MERE : Non, c’est bon. Il faut que je te dise quelque chose d’important avant de mourir.
MOI : Quoi donc ?
MA MERE : Eh bien… Ton père …
MOI : Non, je ne veux pas entendre parler de ce bâtard !
MA MERE : S’il te plaît… Ecoutes-moi… Tu me dois ça.
MOI : Bon d’accord. Alors qu’est-ce qu’il a fait ?
MA MERE : Il a trompé sa femme avec moi.
MOI : Quoi ? Ça veut dire quoi ? En quoi ça me regarde ?
MA MERE : Ça veut dire que tu as un grand frère et une grande sœur.
MOI : Quoi ?
MA MERE : Et tu le connais ton frère. J’aimerai que tu ailles chez cette femme qui te mènera à ton frère.
MOI : Comment je peux le connaître ?
MA MERE : Tu l’écoutes et tu l’admires.
MOI : Je ne comprends plus rien là.
MA MERE : (prenant mon portable) C’est lui ton frère.
MOI : Rei… Reita ?
MA MERE : Son vrai nom est Ryo Suzuki. Il sera très bien s’occuper de toi. Sa mère dit que c’est une bonne idée et …
MOI : C’est quoi ce délire ? Reita, mon frère ? Et toi tu parles à la femme de mon bâtard de père.
MA MERE : Ex-femme. J’ai ouvert les yeux de cette femme et elle s’en croit reconnaissante.
MOI : Reita …
MA MERE : Oui. C’est ton frère.
MOI : Tu veux que j’aille vivre avec Gazetto ?
MA MERE : Euh… Non… avec Ryo.
MOI : Ça revient au même. Tous les membres de Gazetto vivent ensemble.
MA MERE : Ah ? Enfin, il est à Tokyo en ce moment alors je veux que tu le rejoignes.
MOI : Et tu crois qu’il va m’accueillir à bras ouverts ? Il va plutôt me prendre pour une fan hystérique.
MA MERE : Il est au courant et il t’attend avec impatience.
MOI : Il m’attend ? Reita m’attend ?
MA MERE : Oui.
MOI : Bon d’accord. Si c’est ça ta dernière volonté.
MA MERE : Oh non. Ma dernière volonté est que tu sois heureuse.
MOI : Merci maman.

Je la laisse se reposer. Elle est encore plus pâle que tout à l’heure.

Je reviens la voir trois heures plus tard. Elle est endormie ou… non. Elle est peut-être morte. Je m’approche pour vérifier. Oui. Elle est bien morte. Mes larmes coulent toutes seules. Enfin.
Il ne me reste plus qu’une chose à faire. Rejoindre mon frère. Reita.


Dernière édition par Kyôsuke le Mer 1 Juil - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 14:13

Chapitre 3

Le temps de m’occuper de l’enterrement de ma mère et de la préparation de mon départ, cela devrait me prendre une semaine environ.
Je ne mis qu’une heure pour faire ma valise. En même temps, ça n’est pas si compliqué, j’ai juste à prendre tous mes vêtements et ma guitare. Le reste allait rester ici.

Le lendemain, je suis arrivée à Tokyo. J’appelle la mère de Reita pour avoir son adresse. Et en cinq minutes c’est fait. Je suis un peu stressée, mais c’est encore gérable.
Après avoir marché et tourné en rond un bon moment, j’arrive enfin à l’adresse donnée. Et là, je n’arrive plus à bouger. Alors ça c’est bien le moment. Paniquer une fois arrivée. Je me retourne pour me calmer, quand soudain.
… : Eh toi ? Qu’est-ce que tu fais là toute seule ?
MOI : ( en me retournant ) Euh… Salut Reita…
REITA : On se connaît ?
MOI : Pas vraiment. Je me présente. Aya… Aya Suzuki.
REITA : Aya ? Beh pourquoi tu ne l’as pas dis plus tôt espèce de baka.
MOI : Beh ? Je sais pas. J’ai paniqué en fait.
REITA : Beh faut pas voyons.
MOI : Facile à dire pour toi.
REITA : Mouais. Bon allez, viens.

Reita, le beau Reita me prend ma valise et m’ouvre la porte. Que de galanteries ! Donc je rentre et me retrouve face à Ruki. Ouah, c’est dingue ! Il n'est vraiment pas grand ce mec. Ayant entendu du bruit, Uruha et Kai arrivent.
URUHA, KAI et RUKI : Salut !
MOI : Euh … Salut.
REITA : Faites pas gaffe, elle est sous le choc. Normal, c’est pas tous les jours qu’on arrive chez les Gazetto pour vivre avec eux. Bon alors les mecs, voici Aya, ma sœur. Aya, je ne te présente pas les mecs, je pense que tu nous connais.
MOI : Ben ouais je connais quand même.
RUKI : Heureusement.
KAI : Ruki, voyons !
REITA : Bon allez Aya. Je vais te montrer où tu vas dormir et te faire visiter.
MOI : Ok. Euh… il est pas là Aoi ?
URUHA : Si, mais il dort encore.
RUKI : C’est notre marmotte celui-là.

Reita prend ma valise et moi, je prends ma guitare. Et là, je vois la tête de Ruki. On dirait qu’il hallucine là.
RUKI : Reita ?
REITA : Oui?
RUKI : Depuis quand tu portes les affaires des autres?
REITA : La ferme, baka !
RUKI : Baka toi-même!
MOI : (morte de rire) C’est mignon.

On monte donc et on arrive dans une chambre. Et là sans problème, je me dis que c’est celle de Reita. Merci à la basse qui traîne sur le lit.
REITA : Voilà, c’est ici que tu vas te poser, avec moi bien sûr. Je vais pas te lâcher avec les autres tout de suite.
MOI : C’est sympa dis donc.
REITA : Merci. Tiens je t’ai fait de la place pour tes affaires.
MOI : Merci. Par contre, je mets où ma guitare ?
REITA : Oh j’avais pas vu. Tu joue de la gratte ? Faudra qu’on t’écoute. Ben tu la poses où tu veux.
MOI : Ok. Je vais réfléchir alors. Je veux pas la laisser traîner comme tu le fais avec ta basse.
REITA : Mais elle est très bien là je trouve.
MOI : Moi, j’en suis pas convaincue.
REITA : Roooh.
… : Ben Reita, t’as de la compagnie ?
REITA : Aoi, je t’avais dis que Aya venait. T’as oublié, comme d’habitude.
AOI : Ouais.

Je me retourne après avoir posé ma guitare et là, c’est le face-à-face avec un Aoi en boxer. Arrrg !!! Pas mal pour une première rencontre mais là je tremble. Maman qu’il est beau !
REITA : Aya, ça va ?
MOI : Euh… oui.
AOI : Sûre ?
MOI :
REITA : Aya ? Aoi ! C’est ta faute !
AOI : Quoi ? Mais qu’est-ce que j’ai fait moi ?
REITA : Regardes-toi. Tu m’as perturbé ma pauvre sœur à te ramener en boxer.
AOI : Oh. Oup’s.
MOI : Non… Ça va… C’est bon…
REITA : Vas t’habiller baka !
AOI : Oui chef!

Aoi se retourne direct et s’en va. Moi, je suis toujours plantée là comme une conne à le regarder partir. Oh la la !!! Il est trop bien foutu ce mec ! J’entends quelqu’un qui tousse derrière moi. Je me retourne. Ah c’est Reita, je l’avais oublié.
REITA : Ici la terre… Est-ce que ma sœur pourrait reprendre ses esprits ou est-ce qu’elle va encore continuer à baver ?
MOI : Quoi ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Je ne bave pas du tout.
REITA : Ouais, ouais, ouais. C’est ça. Je vais te croire.
MOI : Oh mais tais-toi. Tu sais pas ce que tu dis.
REITA : On verra bien.
MOI : Pfff !

Plus tard, dans la soirée, on a mangé et c’était bien comique. Kai a fait la cuisine. C’était super bon. Mais il n’y en avait qu’un pour se plaindre : Reita. Kai s’est vexé bien sûr. Sinon, à la fin de la soirée, on pouvait admirer les différents cadavres de bière en majorité grâce à Uruha.

Les deux semaines suivirent ont été géniales. On a jonglé entre les soirées, le shopping et les conneries. Dans le fond, les Gazetto sont de vrais gamins, ils accumulent conneries sur conneries. Je pensais que ça allait être dur de m’intégrer dans le groupe mais en fait non. Je m’entends super bien avec Reita. Uruha (que j’appelle Ruwa maintenant ^^) et moi on est inséparable. Je console Kai quand Reita y va un peu trop fort avec sa cuisine. Et j’emmerde Ruki avec les autres (le pauvre). Et pour ce qui est de Aoi, ben on se parle mais sans plus. Je sais pas trop pourquoi d’ailleurs.


Dernière édition par Kyôsuke le Mer 1 Juil - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 18:58

Chapitre 4

On est le 9 juin, c’est l’anniversaire de Uruha. Je me dépêche de me lever et bouscule Reita au passage. Oup’s !
REITA : Hein ? Quoi? Qu’est-ce qui se passe?
MOI : Rien, rendors-toi.
REITA : Mais pourquoi tu te lèves ? Il est super tôt !
MOI : Euh, ouais si 11h c’est tôt pour toi.
REITA : 11h ? Mais t’as aucune pitié !
MOI : Ah ah ah ! Quel feignant tu fais.
REITA : (tout sourire) Ouais et j’en suis fier.
MOI : J’imagine.

Je me m’habille vite fait et cours dans la chambre de Uruha. Il dort encore. Parfait. Je saute sur son lit et lui crie « Bon anniversaire ». Et là, le choc que j’ai eu. Il me gueule « Merci ». Ah il ne dormait pas !
… : Mais qu’est-ce qui se passe ici ?
MOI : Ruki voyons. C’est l’anniversaire de Ruwa ! Vas réveiller Kai. Il faut qu’il fasse un gros gâteau pour mon Ruwa.
URUHA : C’est Reita qui va être content.
MOI : Pourquoi ?
RUKI : Il va encore râler parce Kai aura fait la cuisine.
MOI : Mais non, je vais aider Kai, il le mangera peut-être.
RUKI : Bon je vais aller réveiller Kai et Aoi.
MOI : Moi, je vais bouger Reita, il dort encore ce baka.

Je cours (encore) pour tirer Reita du lit. Et il râle encore, mais se lève en se traînant. On descend les escaliers et Bam !!! Reita se casse la gueule à la dernière marche ce qui lui vaut un fou rire général.
REITA : Aïeeuh !!!
AOI : Eh ben alors Reita on dort encore ?
REITA : Oh ça va, moi j’ai jamais demandé à ce qu’on me réveille de si bonne heure.
AOI : Rei, il est quand même 11h passé.
REITA : C’est trop tôt ! Je suis crevé d’hier moi.
URUHA : Il fallait pas boire autant.
REITA : Tu peux parler, t’as largement bu plus que moi.
RUKI : Oui, mais lui il est en meilleure forme.
AOI : C’est clair. On se demande ce que t’as bien pu faire cette nuit avec Aya.
REITA : Hein ? Mais t’es un vrai pervers toi, c’est pas possible. C’est ma sœur !
AOI : Ouais c’est vrai et puis t’es pas son genre de toute façon.
REITA : ???
RUKI : T’es vraiment pervers Aoi.

Sur cette conversation très étrange et perverse, Kai arrive avec le petit déjeuner. Uruha se jette littéralement sur le nutella. Quel morfal celui-là ! Je me lève et m’assois sur ses genoux.
URUHA : Qu’est-ce qu’il y a ?
MOI : Mais rien. Je viens juste m’occuper de toi. Je vais te chouchouter aujourd’hui.
URUHA : Oh. C’est trop gentil. Je t’adore trop Aya.
MOI : Moi aussi je t’adore Ruwa. Mais tu vas pas m’adorer longtemps.
URUHA : Pourquoi ?
REITA : Je crois savoir.
URUHA : Ben dis-moi alors baka !
MOI : Pour ça !

Et là je me lève et pars en courant avec le nutella. Reita est mort de rire. Uruha n’est pas super content et me court après dans toute la maison.
MOI : Je l’ai ! Je l’ai !
URUHA : Rends-le moi ! J’ai faim moi !
MOI : Ben manges autre chose.
URUHA : Non. Je veux pas. Je veux du nutella !
RUKI : Des vrais gamins. Au moins Uruha aura trouvé quelqu’un comme lui. Reita, où vas-tu ?
REITA : Ben moi aussi je veux du nutella.
AOI : Alors si Reita y vas, ça va être une véritable catastrophe.

Après cette course au nutella qui s’est finalement transformée en bataille de nutella, je me retrouve dans la salle de bains avec Reita et Uruha. On est couvert de nutella. C’est horrible.

URUHA : Tout ce nutella gâché.
MOI : Mais non. Tu le lèches et c’est bon il est pas gâché. Après tu vas devoir être contorsionniste pour le reste.
URUHA : C’est sûr. Sauf si…
MOI : Quoi ?
URUHA : Ben, sauf si on se le lèche mutuellement.
MOI : Hum… Oui. Bonne idée !
URUHA : Dans ta chambre ou la mienne ?
MOI : Ben la tienne. J’ai pas envie que Reita fasse des cauchemars.
REITA : D’ailleurs je suis là. Uruha t’es un vrai pervers, pire que Aoi. Et tu touches pas à ma sœur. Et toi Aya, tu vas calmer tes ardeurs.
MOI : Oh mais calmes-toi voyons. On rigole. Tu sais très bien que je ne ferais pas ça avec Ruwa, c’est comme un deuxième frère pour moi.
URUHA : Non, mais si ça arrive c’est parce qu’on sera complètement bourré, c’est tout.
MOI : Tout à fait.
REITA : J’espère que ce jour n’arrivera jamais.
URUHA : Dis donc. Protecteur le frangin !
MOI : Ouais, c’est mignon.

J’embrasse Reita et Uruha et sors de la salle de bain pour aller dans ma chambre. Je m’habille et prends ma gratte. Je me dirige vers les escaliers quand j’entends quelqu’un jouer de la guitare. Ça ne peut être que Aoi. Je fais donc demi-tour et va vers sa chambre. La porte est entre-ouverte. Je regarde entre le peu d’espace qu’il y a. Il joue vraiment trop bien. Je n’arrive pas à résister lorsqu’il joue. Il est tellement beau quand il joue. Ah, il arrête et se lève. Vite ! Je me lève et me dépêche de descendre les escaliers. J’ai failli me casser la gueule et me retrouve face à Ruki.
RUKI : Eh beh, tu fais comme ton frère maintenant ?
MOI : Hein ? Euh… Ouais.
RUKI : Qu’est-ce qu’il y a ?
MOI : Beh rien.
RUKI : T’es sûre ? On dirait qu’il y a quelque chose qui va pas.
MOI : Non, c’est bon. Je t’assure tout va bien.
RUKI : Bon. Si tu le dis. Mais si tu veux parler je suis là.
MOI : Ouais, ok. Merci.

Je vais dehors et m’assois dans l’herbe. J’allume ma cigarette et joue un morceau de Miyavi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:09

Chapitre 5

Je décide de rentrer après avoir joué pendant deux heures. Je vois Reita et Uruha qui descendent les escaliers.
MOI : Alors ? Enfin débarrassé du nutella ?
URUHA : Euh… Ouais…
REITA : Ouais… débarrassé.
MOI : Euh… ok.

Uruha regarde Reita et rougit. Ils s’en vont chacun de leur coté. Mais qu’est-ce qu’ils ont ? Ils… non ! Je me retourne et regarde Ruki.
MOI : Dis-moi que je me fais des idées ou que je suis plus perverse que Aoi ?
RUKI : Alors on est deux.
… : Qu’est-ce qui vous arrive tous les deux ?
MOI : J’essaye de me convaincre que je suis aussi perverse que toi.
AOI : Hein ?
RUKI : Aya pense qu’il s’est passé un truc entre Uruha et Reita.
AOI : Ah ouais ?
MOI : Ouais, je viens de voir Uruha et Reita. Ils étaient rouge de chez rouge.
AOI : Ouais je vois. C’est l’effet nutella ça.
MOI et RUKI : Pervers !!!
AOI : Mais quoi ? Je dis ce qui est.
RUKI : Mouais. On verra bien. Ils vont finir par nous le dire si c’est sérieux.
MOI : Ouais.
AOI : J’espère.
MOI : N’empêche c’est trop cool.
RUKI : Pourquoi ?
MOI : Beh, mes deux frangins ensembles. C’est pas mignon ça ?
RUKI : Ouais, vu comme ça.
AOI : Bon, je vais aller jouer de la gratte moi.

Et là, Aoi monte aussi vite qu’il était arrivé. Je le trouve vraiment bizarre. Il doit avoir avoir un problème avec moi. Soit il est froid avec moi soit il reste quelques minutes. Il m’évite. Non, je dois me faire des idées.

POV Ruki

Aoi est vraiment bizarre depuis quelques temps et en y repensant, je dirais qu’il est bizarre depuis que Aya est arrivée chez nous. Je me demande ce que c’est son problème avec elle. Franchement, je ne le comprends pas, elle est pourtant sympa et elle s’entend super bien avec nous. Il faut que je sache. Je suis Aoi jusque dans sa chambre.
RUKI : Aoi ?
AOI : Quoi ?
RUKI : Non, je te trouve juste bizarre depuis quelques temps.
AOI : Qu’est-ce que tu racontes ? Je suis parfaitement normal. J’ai pas changé.
RUKI : C’est grave si tu ne t’en rends pas compte.
AOI : Mais de quoi tu me parles ?
RUKI : De Aya.
AOI : Eh beh quoi Aya ? Qu’est-ce qu’elle a ?
RUKI : Elle, rien. C’est toi qui as un problème avec elle.
AOI : Mais j’ai pas de problèmes avec elle. C’est toi qui hallucine mec.
RUKI : Non, j’hallucine pas. Quand tu la vois, tu t’en vas. Et quand tu parles avec elle, tu dis que tu vas jouer de la gratte. Te fous pas de moi Aoi !
AOI : Non, j’ai pas de problèmes avec elle… Enfin pas dans le sens dans lequel tu penses.
RUKI : Comment ça ?
AOI : Bon tu n’en parles à personne ok ?
RUKI : Ok.
AOI : Même pas à Kai.
RUKI : T’inquiètes pas, je dirais rien.
AOI : Bon, mon problème avec elle est plus de l’ordre affectif.
RUKI : Non !!! T’es amoureux d’elle ? Mais c’est génial !!!
AOI : Mais arrêtes de gueuler comme ça !
RUKI : Désolé, c’est l’émotion.
AOI : Tu parles.
RUKI : Comment ça ?
AOI : Beh tu vois bien qu’elle est en kiff total sur Uruha.
RUKI : Mais non, pas du tout. Tu te fais des idées.
AOI : Alors t’as pas vu comment ils se regardent.
… : Alors je t’affirme que tu te fais des illusions.
AOI : U… Uruha… Qu’est-ce que tu fous là ?
URUHA : Je t’évite de penser n’importe quoi et de faire de la merde.
AOI : Comment ça ?
URUHA : Alors tu n’as rien vu ? Tu es tellement aveuglé par ce que tu ressens que tu n’as rien vu autour de toi ?
AOI : Je comprends rien là.
RUKI : Et moi si. Ce que tu dis Uruha, c’est que Aya est amoureuse de Aoi et que Aoi n’a rien vu.
URUHA : Exactement.
AOI : Non, vous me faîtes marcher là ?
URUHA : Pas du tout. Crois-moi, j’en sais des choses. Autant que Reita, quoique sur ce coup-là c’est pas sûr.
AOI : Et moi, j’ai agis comme un con en pensant qu’à moi. Je croyais qu’elle t’aimait et du coup, je pensais que m’éloigner le plus possible d’elle me ferait oublier ce que je ressens, et là tu m’apprends qu’elle m’aime. Mais, j’ai rien vu.
URUHA : C’est ça. Mais t’inquiètes. Tu vas te rattraper, pas vrai ?
AOI : Euh… Ouais.
RUKI : Y a intérêt. Je veux voir ça moi.
URUHA : C’est clair, ma frangine casée avec le pervers du groupe, ça c’est du couple.
RUKI : La pauvre.
AOI : Hey, je vous emmerde !

Content de moi, je redescends dans le salon où Aya joue de la guitare. Elle joue « Cassis ». Ça fait toujours bizarre d’entendre un de ses morceaux joués par quelqu’un d’autre. C’est clair deux guitaristes ensemble, il n’y a pas mieux comme couple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:11

Chapitre 6

POV Aya

J’entends quelqu’un descendre les escaliers. Je continue quand même à jouer « Cassis », c’est mon morceau préféré alors je ne vais pas m’arrêter, même si c’est Aoi. Ah, Aoi. Aïe, et voilà fausse note. Bon j’arrête. Je me lève et vois Ruki.
RUKI : Tu arrêtes déjà ?
MOI : Oui, je préfère. Quand je fais une fausse note ça veut dire que je suis fatiguée et il vaut mieux que j’arrête.
RUKI : Ah d’accord. Tu as raison, il ne faut pas forcer dans ce cas-là. Enfin, tu joues vraiment bien. Aoi devrait t’écouter jouer un jour.
MOI : Euh .. Ouais… Enfin quand j’aurai son niveau.
RUKI : Tu l’as déjà, je pense. Je t’ai même entendu jouer un morceau de Miyavi une fois.
MOI : Ouais, mais j’aime pas trop jouer devant des gens.
RUKI : C’est une question d’habitude, tu verras.
MOI : Ouais, c’est sûr. Bon je vais aller poser ma gratte.

Je monte les escaliers et vois Uruha sortir de la chambre de Aoi. Il a le sourire jusqu’aux oreilles. Qu’est-ce qu’il a encore celui-là ? Je passe devant la chambre de Aoi et il me sourit. Non mais il se passe quoi aujourd’hui ? J’arrive dans ma chambre et ferme la porte. Reita n’est pas là. Je fonce donc vers ma chaîne Hi-fi et mets « Buikkaesu » de Maximum the Hormone. Je me mets à danser et à faire du Air Guitar. Ça peut paraître étrange mais là j’ai besoin de relâcher la tension qu’il y a. Et là…
MOI : Aaaaah !!!!
… : Calmes-toi. Ce n’est que moi.
MOI : Mais tu m’as fait peur Aoi !
AOI : Je suis désolé. Je voulais pas te faire peur. Enfin, j’aurai dû m’en douter en te voyant.
MOI : Un truc de plus que je ne pourrai plus cacher.
AOI : C’est sûr. C’est … comment dire ? Impressionnant.
MOI : Je veux bien le croire. Mais gardes ça pour toi, ok ?
AOI : Oui, d’accord ; Enfin, je ne suis pas venu pour découvrir des trucs sur toi, mais plutôt pour te parler.
MOI : Me parler ?
AOI : Oui. Je voulais m’excuser.
MOI : T’excuser ? Mais de quoi ? Tu n’as rien fais.
AOI : C’est justement ça le problème. J’ai voulu me protéger en t’évitant. J’espérais que ça pourrait effacer ce que je ressens pour toi. Mais en faisant ça, j’ai agis comme un égoïste et je n’ai pas vu ce que tu ressentais toi.
MOI : Attends, tu essayes de me dire quoi là ?
AOI : Que je t’aime.
MOI :
AOI : Euh… Tu veux bien dire quelque chose. N’importe quoi ?
MOI : C’est Ruwa, c’est ça ?
AOI : Comment ça ?
MOI : C’est Ruwa qui te l’a dit ?
AOI : Euh… Oui.
MOI : Ça lui ressemble bien.

Je me lève, sors de ma chambre et laisse Aoi planté là en plein milieu.

POV Aoi

Aya se lève et s’en va. Qu’est-ce qu’elle a ? Uruha m’aurait-il raconté n’importe quoi ? J’aurai dû me taire et continuer comme je le faisais. Maintenant Aya ne va plus me parler.

POV Aya

Je descends dans le salon et trouve Reita et Kai qui mangent et Ruki devant la télé.
MOI : Dites ? Vous savez où est Ruwa ?
KAI : Non.
REITA : Si. Il est dehors en train de fumer.
MOI : Ok. Merci.
REITA : Pourquoi ? Qu’est-ce qui se passe ?
MOI : T’inquiètes, tu le sauras bientôt frangin.

Pas le temps de lui parler plus longtemps. Je sors et manque de me ramasser devant Uruha.
URUHA : Quelle entrée fracassante ! Que me vaut cet honneur ?
MOI : Comme si tu ne le savais pas.
URUHA : Quoi donc ?
MOI : Tu as parlé à Aoi.
URUHA : Pas vraiment. Ruki a parlé à Aoi parce qu’il le trouvait bizarre et moi je passais par là, je vous ait donné un coup de pouce et…
MOI : Merci, je t’adore trop Ruwa.
URUHA : Oh beh de rien.
MOI : D’ailleurs, il faudra que je me mêle de ta vie sentimentale aussi.
URUHA : Euh… Comment ça ?
MOI : Toi et Reita.
URUHA : Quoi ? Comment tu sais ça ?
MOI : Je le savais pas. Je le supposais mais maintenant j’en suis sûre.
URUHA : Eh bien garde ça pour toi pour l’instant.
MOI : Ok. Bon je vais aller voir Aoi il doit se poser des questions.
URUHA : Ne me dis pas que tu l’as laissé en plan.
MOI : Euh… si.
URUHA : Le pauvre !

J’abandonne donc Uruha pour rejoindre mon homme. C’est bizarre à dire quand même. Aoi, le beau Aoi. Et c’est moi qui suis sa copine. Presque irréel.
J’arrive enfin à ma chambre et je retrouve Aoi toujours planté là. C’est assez drôle à voir. Mais n’empêche qu’est-ce qu’il est beau et ça c’est mon homme.
AOI : Tu es revenue ?
MOI : Bien sûr. Tu croyais que je m’étais enfuie ?
AOI : En fait, je pensais à rien. Enfin si à toi…
MOI : Tais-toi, grand crétin.

Il s’avance vers moi et m’embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:12

Chapitre 7

C’est le soir. Aoi et moi descendons pour manger avec les autres. C’est bizarre mais ça ne sent pas la cuisine de Kai. Je me demande qui à fait la cuisine ce soir. Enfin, ça doit faire plaisir à Reita. On arrive dans la cuisine et on voit Uruha aux fourneaux.
MOI : Ben, c’est Ruwa qui fait la cuisine maintenant ?
RUKI : Oui, il avait envie, soit disant parce qu’il a une grande nouvelle à nous annoncer.
MOI : Ah bon ? Beh, il sera pas tout seul alors.
RUKI : Comment ça ?
MOI : Tu verras bien.

Je regarde Aoi qui a rejoins Uruha pour aller l’aider. Il me regarde et me fait un clin d’œil. C’est un peu débile ce qu’on fait comme ils sont tous plus ou moins au courant. Enfin, j’attends la réaction de Reita. Il va sûrement jouer son rôle de grand frère.

URUHA : C’est prêt.
REITA : ( qui arrive tout sourire ) Enfin, c’est pas trop tôt.
KAI : On va voir si t’es plus doué que moi.
URUHA : Oh mais t’inquiètes pas. Je te surpasse.
KAI : Mais bien sûr.
MOI : Ruki, décroches de la télé. On mange.
RUKI : Ouais, j’arrive.

Ruki se traîne. Ça se sent qu’il ne voulait pas quitter sa télé. Voilà, on est tous à table comme une petite famille. Si c’est pas mignon. Aoi se met à coté de moi et là Ruki hallucine sans rien dire.

URUHA : Bon allez, je vais commencer par faire mon annonce.
REITA : Maintenant ?
URUHA : Beh oui, il faut qu’ils soient au courant quand même.
REITA : T’aurais pu attendre la fin du repas.
URUHA : Non, c’est pas possible.
KAI : Bon, t’accouches Uruha.
AOI : Ouais, j’ai faim moi !
MOI : Moi aussi !
RUKI : Euh… Tu te sens bien Aoi ?
AOI : Très bien. Bon Uruha ?
URUHA : Oui. Bon voilà. Il y a quelqu’un dans ma vie.
MOI : Moi, je sais.
REITA : Comment tu peux savoir avant qu’il le dise ?
MOI : Parce qu’il est pas discret, comme quelqu’un d’autre que je connais bien.
URUHA : Euh… Je peux finir Aya ?
MOI : Désolée, je suis juste trop contente.
URUHA : Ouais, j’imagine. Bon, alors j’ai quelqu’un dans ma vie et cette personne c’est Reita.
KAI : Quoi ?
MOI, AOI et RUKI : Enfin, il l’a dit !!!
KAI : Euh… Pourquoi j’ai l’impression d’être à la ramasse là ?
RUKI : Désolé mais on était pas sûr. Alors j’ai préféré me taire.
URUHA et REITA : Content que ça vous fasse plaisir.

Et là, Reita et Uruha s’embrassent. Oh, c’est trop mignon de les voir ensemble.

MOI : Bon, moi aussi j’ai une annonce à faire. Fréro, je te le dis tout de suite, tu me laisses finir. Tu parleras plus tard.
REITA : Euh… D’accord.
MOI : Bon voilà. Il n’y a pas que Ruwa qui a quelqu’un dans sa vie…
REITA : Quoi ?
MOI : Qu’est-ce que je t’ai dis ?
REITA : Désolé, c’est sorti tout seul.
MOI : Donc voilà, Je suis amoureuse de Aoi.
REITA : Aoi le pervers ? T’aurais pas pu choisir mieux quand même.
AOI : Content que ça te plaises baka.
REITA : Me dis pas baka. T’as intérêt à faire gaffe à elle.
MOI : Je te l’avais dit Aoi. Le numéro du grand frère.
URUHA : Et celui du deuxième frangin aussi.
AOI : (mort de rire) Oh non. Pitié !
RUKI : Et dire que ça ne serait jamais arriver sans Uruha et moi. Bon, vous avez fini ?
KAI : Oui, allez on mange.
RUKI : Non, pas encore.
REITA : Pourquoi ? J’ai faim.
RUKI : (prenant la main de Kai) Parce que nous aussi on est ensemble.
URUHA : Génial tout le monde est casé avec tout le monde.
MOI : Ouais, on est super content.
REITA : Et maintenant on mange !
RUKI : D’accord, on a compris Reita.
MOI : Allez Rei-chan. Mange !
REITA : Ouais !!!

Le repas se passa dans la bonne ambiance. Ce qui était normal avec tous ses couples formés. On passe la soirée à regarder la télé et à boire. C’est un peu l’anarchie dans le salon entre les cris de tout le monde et les coussins qui volent un peu partout.
En fin de soirée, on retrouve Ruki totalement affalé sur Kai. Uruha ne quitte plus les genoux de Reita. Aoi se lève et me prend la main pour aller… dans sa chambre.
REITA : Hey ! Vous faîtes quoi là ?
AOI : Ah ton avis ?
MOI : On va faire des trucs pas très catholiques, baka.
REITA : Non, mais tu vas rester là.
MOI : Arrêtes un peu Rei-chan. Je suis assez grande pour faire ce que je veux. J’ai quand même 20 ans, je te le rappelle.
REITA : Et le pervers en a 26.
AOI : T’inquiètes pas, j’y ferais attention à ta frangine. C’est ma petite femme quand même.

Sur cette conversation plus qu’immature, on laisse Reita en plan en train de s’imaginer tout et n’importe quoi. On monte direction la chambre de Aoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:13

Chapitre 8

Quatre mois sont passés depuis cette soirée géniale. Aujourd’hui on est le 28 octobre, c’est l’anniversaire de Kai. Je réveille Aoi pour qu’il vienne m’aider à préparer le petit-déjeuner. Aujourd’hui Kai ne fera rien, enfin on va essayer. On descend et on trouve Kai qui est déjà debout et qui a préparé le petit-déjeuner.
MOI : Kai ! T’abuses là !
KAI : Ben quoi ? Je me fais engueuler parce que je fais la cuisine maintenant.
MOI : Bien sûr. C’est ton anniversaire baka ! Alors tu ne fais rien aujourd’hui.
KAI : Ah ben je savais pas.
AOI : C’est le principe d’une surprise. Aya voulait faire la cuisine aujourd’hui.
KAI : Oh ben merci, c’est gentil.
... : BON ANNIVERSAIRE MON CHERIIII !!!
AOI : Mais gueule pas comme ça Ruki !
RUKI : Oup’s désolé.
KAI : Oh mais l’engueuler pas comme ça. Mon pauvre chéri, à peine réveiller et tu te fais engueuler.
… : BON ANNIVERSAIRE !!!
MOI : Ça ne peut être que Reita.
REITA : Et oui, c’est moi ! Et Uruha bien sûr.
AOI : Irrécupérable.
MOI : Je pense que le pire des gènes est passé chez lui.
AOI : Heureusement.
REITA : Vous savez que je suis là.
AOI : Ah oui ? J’avais pas remarqué.

Et la remarque de Aoi fit rire tout le monde sauf Reita bien sûr. Il était impossible d’empêcher Kai de faire quoi que ce soit. Il fait tout, ça en est exaspérant à force. Heureusement Ruki est là pour l’occuper.

La journée fut plutôt banale. Squattage de télé par Ruki et Reita. Kai, ben il a fait la cuisine. Uruha et Aoi, eux, sont allés répéter. Et moi, ben je les ai accompagnés et j’ai joué avec eux.
Après la répétition, on est rentré et là gros bug. Aoi et Uruha me foncent dedans.
AOI : Ben, qu’est-ce que tu as Aya ? Ça va pas ?
URUHA : Elle est tout pâle.
AOI : Aya ? Mais réponds ! Dis quelque chose !
MOI : Euh… Est-ce que j’hallucine ou est-ce qu’il y a vraiment Miyavi là dans le salon ?
AOI : Ah ouais, il y a Miya !
URUHA : Cool ! T’inquiètes pas Aya, il va pas te bouffer. Il va juste essayer de…
AOI : Il a pas intérêt sinon je lui pète la gueule.
URUHA : Hey, beh t’es vraiment accro toi.
AOI : Ouais.

Après ce gros bug, on rentre dans le salon. Et là, Miyavi fonce droit sur Aoi et Uruha.
MIYAVI : Salut tout le monde ! Ah tiens, je te connais pas toi. Salut. Miyavi.
MOI : Je sais.
MIYAVI : Ah beh ouais. Ce que je peux être bête des fois. Tu me connais forcément, je suis super célèbre.
AOI : Ouais, enfin abuses pas non plus.
MIYAVI : Ben quoi ? Bon sinon. Tu t’appelles comment ? Et dis-moi, t’as un copain ?
MOI : Aya. Et oui, j’ai un copain.
MIYAVI : Oui, mais il ne doit pas être bien pour toi. Je vais te le faire oublier tu vas voir. Euh… Aoi ? Reita ? Pourquoi vous faîtes ces têtes-là ?
REITA : Parce que tu parles de ma sœur là.
AOI : Et le mec pas assez bien pour elle, c’est moi. Alors tu te calmes sinon je te pète la gueule.
MIYAVI : Oulah, je savais pas. T’es la sœur du baka à crête et la copine du pervers ? Tu pouvais pas rêver mieux.
MOI : Ouais. Et c’est génial.
AOI : Tu sous-entends quoi ?
MIYAVI : Qu’on va être une grande et joyeuse famille !
REITA : Mon dieu !
RUKI : Bon allez ce soir on soir fêter l’anniversaire de Kai.
KAI : Ouais !!!

On décide de passer la soirée dans un bar et comme à son habitude Uruha a fini complètement bourré. On peut en dire autant de Miyavi qui est totalement incontrôlable, ce qui ne plaît pas trop à Aoi puisque moi aussi je suis un peu atteinte. Et là, Uruha a l’idée de vouloir jouer à un de ses jeux pervers à croire qu’il avait tout prévu parce qu’il nous sort sa petite boite.
URUHA : Allez, on va jouer ! Miyavi ! Commence ! Tu prends un papier et tu choisis quelqu’un.
MIYAVI : Ouais, c’est parti !
AOI : Oh non.
RUKI : Oh allez Aoi, ça va être drôle, t’inquiètes pas.
MIYAVI : Ouh, ça c’est bien. Bon, je choisis Aya.
AOI :
MOI : Intéressant. Tu dois faire quoi ?
MIYAVI : T’embrasser.
MOI : Oh yeah !
AOI : Je te rappelle que je suis là.
MOI : Mais t’inquiètes. J’irai pas plus loin, je t’aime trop pour te faire ça.
AOI : Ouais, mais j’aime pas ça.
MIYAVI : T’inquiètes, on va se contrôler.

Et là, Aoi n’a pas le temps de dire quoi que ce soit, que Miyavi me prend dans ces bras et m’embrasse. Ouah, c’est bien Miyavi.
URUHA : Euh… on vous dérange pas.
MIYAVI : Désolé, je me suis laisser emporter.
AOI : Beh, trouves-toi quelqu’un d’autre si t’es en manque.
MIYAVI : T’inquiètes, je vais trouver.

La soirée continua à se dérouler ainsi.

Mawaru, Marawu, Sekai wa marawu…
MIYAVI : Allo?... Oui... Euh… Ouais, j’en parle aux autres… Ok… Tchao.
AOI : Qu’est-ce qui se passe?
MIYAVI : Mon manager a appelé et on part pour faire une tournée.
AOI : Quand ça ?
MIYAVI : On part demain.
AOI : C’est rapide dis donc.
MIYAVI : Ouais, je sais.
REITA : Moi, je ne pars pas sans ma sœur.
URUHA : Pareil, Aya doit venir.
MIYAVI : T’inquiètes pas, elle pourra venir. Tu croyais peut-être qu’on allait séparer Aya de Aoi ?
REITA : Ouais t’as raison. Il faut pas séparer les deux tourtereaux.
MOI : Baka !
REITA : Moi aussi, je t’aime soeurette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:17

Chapitre 9

Ah, j’ai mal à la tête. Putain, j’aurais pas dû boire autant. La prochaine fois, je chercherais pas à suivre le rythme de Miyavi et Uruha. Je m’étends et … ben il n’y a personne. Mais il est où Aoi. Merde, j’aurais quand même pas fait une connerie et qu’il me fait la gueule ? Je me dépêche de m’habiller et descends au salon. Ils sont tous là sauf Miyavi. Aoi me regarde.
AOI : Alors, ça va chérie ?
MOI : Euh… oui ça va. J’ai juste mal à la tête.
AOI : Tu m’étonnes. Tu tiens pas autant l’alcool que Miya. Quoique ? T’es quand même debout avant lui.
MOI : Je vois ça.
REITA : T’as encore toute ta tête ?
MOI : Ouais, je crois. Pourquoi ?
REITA : Parce qu’on part dans trois heures.
MOI : Hein ? Où ça ?
AOI : En tournée. Tu croyais peut-être que tu allais rester ici toute seule ?
MOI : Merde, j’avais oublié.
AOI : (en souriant) Il y a d’autres trucs que t’as oublié comme ça ?
MOI : Malheureusement non.
AOI : T’inquiètes, si c’est pour Miya, je t’en veux pas. Tout le monde veut essayer.
MOI : Oh, ça va. J’ai pas envie d’en parler. Je supporte pas de t’avoir fait ça.
AOI : Mais, c’est bon. Allez, va préparer tes affaires et réveilles Miya sinon on s’en sortira jamais.
MOI : Ok.

Je me dépêche de monter et réveille donc Miyavi au passage. Plus qu’à réveiller Uruha ! Je ne savais pas que c’était possible.
Je vais dans la chambre et prends toutes mes affaires et les mets comme ça dans la valise. Bien sûr, je n’oublie pas de prendre ma guitare. Je descends et gueule sur Miyavi pour qu’il se bouge.
Deux heures sont passées. On est prêt à partir ! Direction l’Europe pour quatre concerts et après retour au Japon pour trois concerts.

**********


Nous voilà de retour à Tokyo après un mois de concerts. Enfin à la maison ! J’en pouvais plus. Je me demande comment ils font pour tenir comme ça. Ça doit sûrement être l’ambiance des concerts dans chaque pays qui les motivent tant et qui leur donne de l’énergie. N’empêche que ce sont de vrais gamins. Ils étaient totalement incontrôlables dans les backstages, surtout quand il y avait Miyavi avec eux. Mais, le mieux dans tout ça était de voir Aoi jouer. Mon beau Aoi. Totalement magnifique, il n’y avait rien à redire. Et Reita qui faisait n’importe quoi pour emmerder Ruki. Enfin, c’est une tournée dont je me souviendrai toujours.
Je vais me poser avec Ruki devant la télé pour regarder des animes. Quelqu’un se jette littéralement sur moi.
MOI : Ruwa, espèce de baka, casses-toi !
URUHA : Mais euh ! T’aimes pas ton frangin ?
MOI : Mais bien sûr que je t’aime Ruwa-chan, mais pas maintenant, je regarde la télé là.
URUHA : Roooh. Désolé. Je reviendrai.
MOI : Ouais… Ouais.

Uruha se lève aussi vite qu’il était venu et va dans la cuisine.


POV Uruha

Je me lève et vais à la cuisine. Je ne comprends ce qu’elle a Aya aujourd’hui. D’habitude elle ne dit rien quand je viens l’emmerder, même si elle est devant la télé. Il y a un truc qui ne va pas. C’est peut-être avec Aoi ? Non, c’est pas possible. Ils filent le parfait amour tous les deux. Il faut que je lui parle. Ben justement, le voilà.
MOI : Aoi, je peux te parler s’il te plaît ?
AOI : Oui, bien sûr. Ça ne va pas ? C’est Reita ?
MOI : Non, ça n’a rien à voir avec moi et Reita-kun. Je me demandais ce qu’elle a Aya.
AOI : Pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle a ?
MOI : Beh, j’en sais rien. Je suis allé l’emmerder comme d’habitude mais là elle m’a envoyé chier.
AOI : C’était peut-être pas le bon moment.
MOI : Non, c’était vraiment royal là. Même Ruki était surpris par sa réaction.
AOI : Ah bon ? Ben je sais pas. Je vais voir ça avec elle. T’inquiètes pas. Au pire si elle ne me parle pas, elle en parlera sûrement à Reita.
MOI : J’espère. Ça m’inquiète.
AOI : Je vais lui parler t’en fait pas.
MOI : Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:22

Chapitre 10

POV Aoi

C’est vrai que Aya est bizarre depuis quelques temps. Si Ruki et Uruha l’ont remarqué c’est que c’est pire que ce que je pensais. J’ai peut-être une idée de ce qu’elle a. J’espère qu’elle voudra bien me parler, au pire elle parlera à Reita.

Ellipse d’une heure

Aya est parti fumer. Je vais la rejoindre et tenter une conversation avec elle. Je m’approche d’elle et pose ma main sur son épaule. Elle sursaute.
AYA : Bon sang. Tu m’as fait peur Aoi.
MOI : Désolé, mais il faut que je te parle, si tu le veux bien.
AYA : Euh… Oui, bien sûr. Qu’est-ce qu’il y a ? T’as pas l’air bien.
MOI : Ça serait plutôt à moi de te dire ça. Tu es bizarre depuis quelques temps.
AYA : Ah bon ? J’ai pourtant l’impression d’être comme d’habitude au contraire.
MOI : Parce que pour toi c’est normal d’envoyer chier Uruha ? Même Ruki a remarqué que ça n’allait pas. C’est pas ton genre d’envoyer chier Uruha comme ça.
AYA : Mais n’importe quoi. J’ai envoyé balader Ruwa parce que c’était pas le moment c’est tout. Ça veut pas dire que je ne vais pas bien !
MOI : T’énerves pas comme ça. Si tu veux pas me dire ce que tu as, c’est pas grave. Mais j’aime pas te voir comme ça.
AYA : Mais ça va ! Lâches-moi Aoi !

Elle se lève d’un bond et rentre dans la maison. Je savais bien que quelque chose n’allait pas, mais je ne pensais pas qu’elle s’énerverait autant. C’est qu’il y a vraiment quelque chose qui cloche.

POV Aya

Ah, mais qu’est-ce que je suis conne ! Pourquoi j’ai gueulé comme ça sur Aoi ? Il va m’en vouloir. Il ne faisait que s’inquiéter pour moi, mais j’ai franchement pas envie d’en parler avec lui. Je veux pas l’inquiéter pour un truc aussi con. Il faut que je trouve Reita, avec lui je peux parler.
Je rentre dans la cuisine et par chance je tombe sur mon frère. Il se retourne et me regarde bizarrement.
REITA : Qu’est-ce que t’as ?
MOI : Pourquoi tu me demandes ça ?
REITA : Parce que t’es bizarre depuis deux semaines et que ça ne m’a pas échappé, alors dis-moi ce que tu as. J’aime pas te voir comme ça.
MOI : Aoi m’a dis la même chose il y a deux minutes.
REITA : Aoi ? Il t’a parlé. Et alors ?
MOI : Alors, je n’ai pas voulu l’emmerder avec mes histoires.
REITA : Mais arrêtes, tu vas pas l’emmerder. C’est ton mec oui ou non ? Si tu l’aimes vraiment tu lui dirais ce qui ne va pas au lieu de le laisser comme ça à s’inquiéter pour toi.
MOI : Mais bien sûr que je l’aime, ta question est débile. Tu sais très bien qu’il est tout pour moi. C’est juste que… je veux pas l’emmerder pour un truc aussi con.
REITA : Je suis sûr que c’est pas con ton truc. Allez dis-moi. Je suis pas ton frère pour rien. Tu peux tout me dire tu sais.
MOI : Ouais, t’as raison.
REITA : Alors ?
MOI : Tu sais.. Quand ma mère est morte, je suis partie presque tout de suite en laissant tout derrière moi. C’est pas que c’est un problème, il n’y avait rien d’important pour moi à part ma mère et mon meilleur ami.
REITA : Attends, ne me dis pas que t’es partie sans lui dire où tu allais.
MOI : Mais non, j’ai dis à Senyu que je partais vivre à Tokyo et il a dit qu’il viendrait y vivre aussi. C’est juste que ça commence à faire long et qu’il…
REITA : … et qu’il te manque.
MOI : Voilà.
REITA : Et c’est pour ça que tu es énervée et que tu joues de la gratte pendant des heures.
MOI : Ouais, ça me vide un peu la tête, mais je suis pas foutu de jouer correctement alors je ne sais plus quoi faire en ce moment et ça m’énerve.
REITA : Je te comprends. Mais tu devrais en parler à Aoi et aux autres parce qu’ils s’inquiètent tous pour toi.
MOI : Ouais, d’accord, t’as raison frangin.
REITA : Bien sûr que j’ai raison. Le grand frère a toujours raison.
MOI : Baka !
REITA : Moi aussi, je t’aime.

Je sors donc de la cuisine et vais au salon. Ils sont tous là à regarder la télé. Ils sont vraiment trop ces mecs. C’est vrai que j’ai été exécrable avec eux ces deux dernières semaines alors que eux ils m’ont accueillie et intégrée à leur petite famille. Je vais devoir me faire pardonner.
MOI : Les garçons ? Il faut que je vous parle.
KAI : Qu’est-ce qu’il y a ?
MOI : Je voulais m’excuser pour le comportement que j’ai eu ces deux dernières semaines. J’ai été très chiante. Mais c’est que je me rends compte que je ne supporte pas d’être loin de Senyu, enfin bref, voilà pourquoi j’allais pas bien en ce moment.
URUHA : Senyu ? C’est qui ?
REITA : Son meilleur ami.
URUHA : Pourquoi il n’ai pas venu avec toi ?
MOI : Parce que je ne lui ai pas demandé, j’étais sous le choc. Je venais de voir ma mère mourir et d’apprendre que Rei-chan est mon frère. C’est dur à encaisser et à croire.
AOI : Ouais, je comprends. Et si tu appelais Senyu pour qu’il vienne vivre ici ?
MOI : T’es sérieux ?
AOI : Tout à fait.
RUKI : Ouais, c’est une bonne idée. Maintenant que t’es bien installé avec nous et que tu ne risques pas de partir de toute façon, il n’a qu’à venir ici.
MOI : Oh, vous êtes géniaux. Aoi, je t’aime. Merci.
RUKI : Beh ? Et moi alors ?
MOI : (Riant) Oui, je t’aime aussi, mais pas autant que Kai.

Je sors de la maison et appelle Senyu. Il décroche.
MOI : Salut Sen-chan ! Ça va ? … Cool… Ouais, c’était pour te dire que si tu voulais tu peux venir à Tokyo avec moi et mon frère…. Ah ?… Bon, beh c’est pas grave alors… Ouais ok… Beh à plus alors.
… : Qu’est-ce qu’il t’a dit ?
MOI : Ah Aoi. Beh il peut pas venir… Il est occupé.
AOI : C’est ce qu’il t’a répondu ? Mais il est con ou quoi ce mec ?
MOI : Ne dis pas ça de lui !
AOI : Désolé. Mais si tu te voyais… Tu aurais réagis comme moi.
MOI : C’est bon, c’est pas grave. Il viendra une autre fois c’est tout.
AOI : Il a intérêt.
MOI : Merci Aoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:33

Chapitre 11

Ça fait un mois que j’ai appelé Senyu et je n’ai pas de nouvelles depuis. Je me demande bien ce qui lui passe par la tête. Enfin bref, aujourd’hui, je ne vais pas me prendre la tête en pensant à lui. C’est mon anniversaire quand même. Et oui, le 29 décembre est arrivé à grand pas. Je me fais vieille.
Bref, il est 11h et j’ai pas envie de me lever. Je préfère rester dans les bras de Aoi toute la journée. Mais bon, je sens que ça ne va pas trop être possible.
… : Allez on se réveille les vieux !
AOI : Quoi ?…. Qu’est-ce qui se passe ?
MOI : Reita, dégage ! On dort là.
… : Non, vous dormez pas puisque vous parlez.
MOI : Brillante déduction Ruwa. Mais tu peux partir aussi tu sais.
URUHA et REITA : NON !!!
Et là, ils se jettent dans le lit et sautent dessus.
MOI : Mais putain, les baka vous dégagez ou je vous frappe.
REITA : Tu fais pas le poids soeurette.
MOI : Tu paries ?
REITA : Ouais.

Et là, grosse baston d’oreillers entre moi et Reita. Au bout d’un quart d’heure on s’arrête et on remarque qu’on est tout seul. La chambre est aussi en bazar.
REITA : Eh beh. On les a fait fuir.
MOI : Tu m’étonnes, t’es un vrai bourrin quand tu t’y mets.
REITA : Ouais, mais c’est marrant. Ça fait du bien de se défouler des fois.
MOI : C’est clair.
REITA : Certaines personnes ne comprennent pas ça. Comme ton mec qui se fait vieux.
MOI : Baka. Il n’est pas vieux, juste expérimenté.
REITA : Euh… Epargnes-moi ça, tu veux bien.

On descend enfin rejoindre les autres pour manger. Kai a préparé le repas, comme d’habitude, mais là, il s’est surpassé.
KAI : Ah voilà enfin, les deux perturbateurs de la maison.
REITA : Nous ?
MOI : Mais pas du tout, voyons.
AOI : Ma femme ne perturbe personne.
REITA : Attends ! T’as dis quoi là Aoi ?
AOI : Euh… Non… Rien…
MOI : Ça va chéri ? T’es bizarre.
AOI : Oui… Ça va très bien.
KAI : Bon allez on mange ! Mais avant…
RUKI : BON ANNIVERSAIRE AYA !!!
KAI : Voilà, c’est ça !
MOI : Merci.
REITA : On peut manger là, j’ai faim moi.
MOI : Reita, tu te sens bien ?
REITA : Beh oui. Pourquoi?
MOI : Parce que tu as manger ce que Kai a cuisiné sans râler.
REITA : Beh, je fais des efforts maintenant, c’est pour ça.
URUHA : Je suis fier de toi chéri.
REITA : Merci.

Pour une fois le repas se passa calmement. Kai avait même fait un gâteau. Non mais celui-là, je me demande quand est-ce qu’il va arrêter de se prendre la tête comme ça. Enfin, on peut pas lui en vouloir, s’il n’était pas là je ne sais pas ce qu’on serait devenu.
On s’est tous posé dehors au soleil. Donc si on voit six pauvres débiles allongés dans l’herbe, c’est nous !
KAI : On va faire quoi aujourd’hui ?
AOI : Ça c’est à ma fem… euh… ma chérie de choisir.
REITA : (regardant Aoi) …
MOI : Beh je sais pas trop moi. Enfin si ce soir, on sort, c’est obligé.
AOI : Ouais, ce soir on sort et Miya viendra aussi.
MOI : Ouais, bien sûr.
RUKI : Je sais ce qu’on va faire.
MOI : Quoi donc ?
RUKI : (Regardant Uruha) Beh, c’est évident.
MOI : Euh… Shopping ?
URUHA, RUKI et REITA : Shopping !!!
AOI : Allez, c’est parti. Mais avant, j’appelle Miya.
REITA : Je vais chercher mon portable. Je reviens.

Aoi se lève et va à l’intérieur pour téléphoner tranquillement. Reita le suit. Ils sont bizarres tous les deux. J’ai l’impression qu’ils me cachent quelque chose.


POV Reita

Je trouve Aoi très bizarre aujourd’hui. Il nous cache quelque chose et je n’aime pas ça du tout. D’autant plus que ça semble concerner Aya. Alors il faut que je sache. S’il compte la larguer il a intérêt à avoir une bonne raison, sinon je lui pète la gueule.
MOI : Aoi ?
AOI : Oui ?
MOI : Il faut que je te parle.
AOI : Euh… oui. Qu’est-ce qui ne va pas ?
MOI : Ça serait plutôt à moi de te poser la question. Il se passe quoi avec Aya ? Ça ne va plus entre vous,
AOI : Qu’est-ce que tu racontes ? On va très bien tous les deux.
MOI : Alors pourquoi tu as un comportement étrange avec elle aujourd’hui ?
AOI : Mais je suis pas bizarre.
MOI : Tu te reprends quand tu lui parles. Et si je m’en suis aperçu, elle est s’en ait aperçu aussi. Alors tu me parles ?
AOI : Bon d’accord, mais tu gardes ça pour toi. D’accord ?
MOI : Mouais.
AOI : Je l’aime énormément. Je ne peux pas vivre sans elle. Et… je vais… enfin tu vois.
MOI : Tu vas la demander en mariage ?
AOI : Oui, c’est évident non ?
MOI : Oh, je suis super content pour vous. Moi qui pensais tout le contraire avant de te parler.
AOI : Bien, je vois que tu me fais confiance.
MOI : Mais comprends-moi.
AOI : Ouais, t’es le frangin protecteur.
MOI : Voilà. Bon allez, appelle Miya.

Putain, mon meilleur ami et ma sœur. Si ça c’est pas magnifique.


POV Aya

Aoi et Reita sont partis depuis un petit moment. Ruki et Kai ne se décollent pas l’un de l’autre. Ils sont trop mignons tous les deux. Le pauvre Uruha par contre se sent très seul. Normal, son Reita d’amour, comme il l’appelle parfois, n’est pas là.
MOI : Eh beh, Ruwa soit pas triste comme ça. Ton Reita va revenir.
URUHA : Merci Aya. C’est dingue ça quand même. Je suis complètement accro à ce mec.
MOI : Je te comprends.
URUHA : Hey ! Pas touches !
MOI : Ça ne risque pas. C’est mon frère et oui je suis avec Aoi.
URUHA : C’est vrai, ça marche bien entre vous. Toi et le pervers qui l’aurait cru.
MOI : Aoi, un pervers ? C’est plutôt toi le pervers du groupe.
URUHA : Moi ? Mais pas du tout.
MOI : Je suis pas très convaincue là.
… : Mon dieu, ma sœur drague mon mec !
URUHA : Tu savais pas Rei-kun ? Ça fait un petit moment que Aya et moi on est ensemble. On parlait justement de faire un truc ensemble et…
MOI : (morte de rire) Mais t’as fini tes conneries oui ?
URUHA : Désolé, j’ai pas pu résister.
REITA : Toi alors, t’es irrécupérable.
RUKI et KAI : On y va ?
AOI : Ouais, c’est parti !
URUHA : Shopping !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:42

Chapitre 12

On a passé toute l’après-midi à faire les magasins, même à re-rentrer dans les magasins. Uruha, Ruki et Reita sont insupportables pour faire les magasins. Mais c’était bien marrant. On a bien déliré.

C’est le soir et on est tous prêt à sortir. Il ne reste plus qu’à attendre Miyavi qui a la fâcheuse habitude d’être en retard.
AOI : Mais qu’est-ce qu’il fout encore ?
URUHA : Tu connais Miya, il est toujours en retard.
AOI : Il pourrait faire un effort quand même.
URUHA : T’inquiètes, je sens qu’il ne va pas tarder.
… : Salut mes chéris !
AOI : C’est pas trop tôt !
MIYAVI : Désolé du retard, mais j’étais un peu… comment dire… occupé.
MOI : Laisses tomber, il est de mauvais poil ce soir. Je sais pas ce qu’il a, mais ça lui passera.
MIYAVI : Oh c’est parce que je lui ai manqué.
MOI : Calmes tes ardeurs Miya.
MIYAVI : Au fait, je suis venu accompagné, ça ne vous dérange pas ?
MOI : Beh non, pas du tout.
URUHA : Laisses-moi deviner… une nouvelle victime ?
MIYAVI : Ruwa-chan, je suis désolé, je sais que je suis irrésistible mais quand même…
MOI : (morte de rire) Tu changeras donc jamais ?
MIYAVI : Surtout pas. Bon, chéri… Tu viens ?
… : J’arrive ! Pourquoi tu m’as pas dit chez qui on allait, c’est pas… Non… J’hallucine… On est chez… les Gazetto ! Ouah !!!
MOI : Senyu ?
SENYU : Oui ? NON ! Aya !!! Mais qu’est-ce que tu fais là ? C’est génial ! Mais euh qu’est-ce que tu fais ici quand même ?
MOI : Beh, je t’avais dis que j’allais à Tokyo vivre chez mon frère. Beh voilà. Mon frère c’est Reita.
SENYU : Non ! Reita ? Ouah, quelle chance, enfin non… je me comprends.
MOI : Ouais, c’est bon, j’ai compris.
REITA : Compris quoi ?
MOI : Laisses tomber. Enfin bref, c’est toi la nouvelle victime de Miya. Si un jour on m’avait dit que tu serais casé avec Miya. Enfin, en même temps, si on t’avait dit que je serais avec Aoi, tu n’y aurais pas cru non plus.
SENYU : Toi, avec Aoi ! Beh, ça va tout roule pour toi.
MOI : Et pour toi aussi. Finalement on a réussi ce qu’on voulait…
SENYU : … casé avec les mecs qu’on voulait…
MOI : … vivant au Japon…
SENYU : … et même Tokyo…
MOI : … que demander de plus ?
SENYU : beh peut-être…
MOI : … oui, peut-être que…
AOI : Vous pouvez arrêter deux secondes là, on se perd totalement.
MOI : Désolée chéri, mais je suis…
AOI : Oui, je sais tellement contente d’avoir retrouver Senyu. Mais j’aimerai bien qu’on se décide à sortir moi.
RUKI : Allez on y va sinon il va s’énerver pour de bon.
MIYAVI : Let’s go guys !
URUHA : Yeah, Let’s go!
REITA : Mon dieu! Mon homme parle anglais !
URUHA : Vient ici que je te frappe !
REITA : Oh oui.
MOI : Pitié!
SENYU : Il faut que tu m’expliques là. Reita et Uruha sont ensemble ?
MOI : Oui, il y a aussi Kai et Ruki qui sont ensemble, et Aoi beh avec moi.
SENYU : Zut !
MOI : Quoi, Miyavi ne te suffit pas ? Pourtant je m’en plaindrais pas moi vu qu’il embrasse bien.
SENYU : Si, je suis très bien avec Miya mais bon… attends ! T’as dit quoi ? Miya embrasse bien ! Comment tu sais ça d’abord ?
MOI : C’est à cause du jeu pervers de Ruwa.

Et la conversation a continué pendant tout le trajet jusqu’au bar. J’expliquais donc l’idée de Uruha et de son jeu pervers, et comment j’en suis arrivé à embrasser Miyavi. Il semblait très intéressé par ce jeu et espérait que Uruha le sortira ce soir. Tu m’étonnes !

Une heure à peine dans le bar et Uruha était déjà bourré. Il a battu les records cette fois. Les autres sont encore normaux et chaque couple est occupé, sauf le pauvre Reita qui regarde Uruha avec pitié. Je vois très bien que Senyu l’avait remarqué. De toute façon le jour où il ne remarquera pas quelque chose, je me dirai qu’il a un gros problème. Miyavi se lève et va se chercher une bière.
MOI : Bave encore plus, on ne dira rien.
SENYU : Qu’est-ce que tu racontes ? Je bave pas.
MOI : A peine. Tu vois qu’il est tout seul et tu guettes le moment où Ruwa va vouloir faire son jeu débile.
SENYU : Oh ça va. J’ai le droit quand même.
MOI : C’est pas moi qui vais te dire le contraire. T’as du choix.
SENYU : Oui, mais un seul m’intéresse et je suis avec Miya.
MOI : C’est vrai.
… : On parle de moi ?
SENYU : Mais bien sûr chéri , tu veux que je parle de qui d’autre ?
MIYAVI : Beh de moi et aussi de moi.
MOI : Au secours ! S’il te plaît Miya, ne me rends pas Senyu aussi narcissique que toi.
MIYAVI : Il ne pourra pas l’être autant que moi, ce n’est pas possible d’être à mon niveau.
… : Bon allez, on va jouer !
MIYAVI : Ouais ! Vas-y Ruwa !
URUHA : Alors…
… : Alors rien pour l’instant.
MIYAVI : Beh pourquoi Aoi ?
AOI : Parce que j’ai quelque chose à dire.
REITA : Maintenant ? Ici ?
AOI : Oui, maintenant et ici. Tout le monde et là, même Senyu. Autant que ce soit maintenant.
REITA : Oui, c’est vrai tu as raison.
MOI : Qu’est-ce qui vous arrive tous les deux ? Vous êtes flippant vous savez ?
SENYU : Ah ah ! Je crois savoir!
AOI : Bref ! (à genoux devant moi) Aya Suzuki, sœur grand baka à crête…
REITA : Hey !
SENYU : Chut ! Ecoutes voyons!
AOI : Donc je disais… Aya Suzuki, sœur du grand baka à crête, la première fois que je t’ai vu j’étais complètement perdu et puis, chaque jour passé à tes côtés ne font que confirmer que je t’aime alors, Aya, veux-tu m’épouser ?
MOI : … Beh… bien sûr… Je t’aime.
MIYAVI : Oh, c’est magnifique !
SENYU : Ouais, c’était magnifique.
RUKI : C’est tellement beau ce que tu as dit Aoi.
KAI : Romantique.
REITA : Et après je serais tonton.
URUHA : Ouais moi aussi. Tournée générale.
… : Je vois qu’on fait la fête sans moi.
KAI : Je croyais que tu ne pouvais pas venir Tsukasa ?
TSUKASA : Beh, finalement j’ai pu venir. Vous fêter quoi ?
URUHA : Les fiançailles de Aoi et Aya.
TSUKASA : Félicitations alors.
AOI : Merci mec.
MOI : Oui, merci.
URUHA : On joue maintenant ?
MIYAVI : Ouais, on joue !
MOI : Ouais, allons-y.
KAI : Et Tsukasa est dans le jeu lui aussi.
MOI : Euh…
AOI : C’est ton cadeau d’anniversaire, donc t’as le droit si tu tombes sur lui.
MOI : Aoi, ça le fait pas…
AOI : Discutes pas c’est mon idée.
MOI : Ah bon ?
SENYU : Si t’en veux pas, je m’en occupe.
MIYAVI : On s’en occupe tu veux dire ?
MOI : Eh coucher vous deux.
SENYU : Et merde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:48

Chapitre 13

Hum… Non, il est quand même pas l’heure de se lever. Pas déjà ! Pfff. Je faisais un super rêve moi. Enfin bref. Je commence à bouger quand je sens que quelqu’un bouge. Zut je ne voulais pas réveiller Aoi, s’il est fatigué, il faut qu’il dorme.
… : Pourquoi ça bouge comme ça ?
MOI : Ah Ruwa ! Qu’est-ce que tu fous là ?
URUHA : Pourquoi tu cries comme ça ?
MOI : Mais parce que t’es là et que …
… : Mais qu’est-ce que vous avez à gueuler comme ça vous deux ?
MOI : Tsu… Tsukasa, mais alors… C’était pas…
TSUKASA : Qu’est-ce qu’il y a Aya ?
MOI : C’était pas un rêve !
URUHA : Euh…
MOI : Il faut que je vois Aoi ! Et toi, il faut que tu parles à Reita !
URUHA : Attends, je vais pas aller parler à Reita, j’ai plus rien à faire avec lui.
MOI : Comment ça ?
TSUKASA : Uruha n’est plus avec Reita depuis hier soir.
URUHA : Ça faisait un petit moment que ça n’allait plus entre nous, on voulait t’en parler mais comme tu n’étais pas bien, on a préféré attendre que ça allait mieux, sauf que Aoi t’as demandé en mariage le jour où on voulait te parler.
MOI : Mais quand tu m’as dit que tu l’aimais et que tu été accro, tu me mentais ?
URUHA : Non, je te mentais pas. Mais il a quelque chose qui n’allait pas entre nous, je l’aime toujours, mais pas lui.
MOI : Je suis désolée Ruwa.
URUHA : T’inquiètes, j’y ai même pas pensé hier soir grâce à vous deux.
MOI : Merde, il faut vraiment que je vois Aoi, il doit m’en vouloir à fond là.
TSUKASA : Je ne crois pas.
MOI : Hein ? Mais bien sûr que si !

Je cours et descends les escaliers à toute vitesse pour essayer de trouver Aoi. Ça pour le trouver, je l’ai trouvé puisque je suis tombé sur lui.
AOI : Beh, qu’est-ce que tu as ?
MOI : Oh, Aoi. Je suis désolée. Je devais vraiment être bourrée pour te faire ça. Pourquoi tu m’en as pas empêchée ? Je mérite même plus d’être avec toi.
AOI : Hey, mais calmes-toi. Si je t’en ai pas empêchée c’est parce que c’est Tsukasa et que je sais que.. enfin tu vois ce que je veux dire.
MOI : Mais t’es con, tu aurais dû m’en empêcher au lieu de te faire souffrir.
AOI : Mais c’est bon, arrêtes.
MOI : T’es vraiment bizarre, tu le sais ça ?
AOI : Ouais je sais. Mais au moins ça t’as fait plaisir.
MOI : Euh… ouais. Enfin, pas qu’à moi.
AOI : Quoi ? Je vais aller le calmer moi !
MOI : Je parle pas de Tsukasa, mais de Ruwa.
AOI : Uruha ! Mais… Oh non… Vous étiez à ce point bourré ?
MOI : On dirait bien.
AOI : Pfff tampis.
MOI : Aoi ?
AOI : Hum…
MOI : Je sais que tu m’en veux… Je suis désolée…

Je repars dans la chambre. Tsukasa est parti mais Uruha est toujours là. Je ramasse mes affaires éparpillées dans la chambre de Uruha et m’habille. Je repars sans rien lui dire.
Je vais dans la chambre de Aoi. J’ai de la chance puisqu’il n’y est pas. Je sors mes affaires de son armoire et les range dans ma valise. Je range aussi ma guitare dans sa housse. Je prends le tout et sort de la chambre. Je tombe nez à nez avec Uruha.
URUHA : Où est-ce que tu vas ?
MOI : Je retourne à Kyoto.
URUHA : Pourquoi ?
MOI : Simplement parce que je ne supporterai pas de voir Aoi comme il est en ce moment. Je préfère être loin d’ici.
URUHA : Attends ! Tu ne peux pas partir et nous laisser comme ça. Tu as pensé aux autres, à ton frère et Senyu, tu viens à peine de le retrouver.
MOI : C’est bon, vous pouvez vivre sans moi. Et pour Senyu, je l’ai retrouvé une fois, alors on pourra se revoir une autre fois.
URUHA : Mais…
MOI : Arrêtes Ruwa, je t’adore tu le sais, mais il faut vraiment que je parte.

Sur ces mots, je lui tourne le dos et prends mes affaires. Une fois sortie de la maison, je pose le tout, sors mon mp4 et écoute Dir en Grey. Je reprends ma valise et ma guitare et pars direction la gare. Adieu GazettE. Adieu mon frère. Adieu Tokyo. Peut-être qu’on se reverra un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 19:53

Chapitre 14

POV Uruha

Aya. Non, je veux pas que tu partes. Pourquoi ? C’est tellement génial quand t’es là. Mais je n’ai pas été capable de te retenir. Tu as l’air très décidé et tu as franchi la porte. Aoi pourra peut-être te faire revenir. Je l’espère en tout cas.
… : Ruwa ? Qu’est-ce que tu fais par terre ?
URUHA : Aoi ! Tu tombes bien !
AOI : Mais tu pleures. Qu’est-ce qui se passe ?
URUHA : C’est Aya. Elle est partie !
AOI : Mais pourquoi tu te mets dans un état pareil, elle va revenir.
URUHA : Non, elle ne va pas revenir. Elle a pris toutes ses affaires et elle est partie. Il faut que tu la rattrapes et vite. Je ne sais pas ce qui s’est passé entre vous mais tu dois la ramener.
AOI : Mais, c’est n’importe quoi ! Et merde !

Aoi se relève et cours dehors.


POV Aoi

Pourquoi t’es partie Aya ? Pourquoi ? Ce n’est pas ta faute, c’est de la mienne, j’aurais jamais dû faire ça. Tu crois que tu m’as fait souffrir mais en fait c’est moi qu’il l’ai cherché alors ça serait plutôt à moi de partir. Putain, moi et mes idées à la con !
J’essaye de t’appeler mais tu ne réponds pas. Je ne te vois nul part. La gare peut-être ?
Arrivé à la gare, je te cherche partout, je ne te trouve pas. Mais où est-ce que tu es ?
Une heure à te chercher sans résultat. Alors comme ça tu es bel et bien partie sans rien me dire. Tu vas m’abandonner comme ça. Je vais faire quoi sans toi.


POV Uruha

Aoi est parti rattraper Aya. J’espère qu’il reviendra avec elle. Je croise Tsukasa à la cuisine.
TSUKASA : T’en fais une tête toi.
MOI : Aya est partie et Aoi va essayer de la retrouver.
TSUKASA : Ouais, je vois. Aoi a une idée bizarre. Aya est complètement bourrée. Nous aussi. On fait les cons. Aya s’en veut et croit qu’elle ne mérite plus Aoi. Et Aoi s’en veut d’avoir eu une idée merdique.
MOI : Euh… C’est ça. Sauf que je ne sais pas pourquoi mais je sens que Aoi ne va pas retrouver Aya.
TSUKASA : Mais si. Ils sont fait l’un pour l’autre. S’ils ne se retrouvent pas aujourd’hui, ils se retrouveront un autre jour.
MOI : Ça serait mieux maintenant.


POV Aoi

Je rentre mais je n’en ai aucune envie puisque tu n’es pas là. Uruha va être déçu. Tiens justement le voilà.
URUHA : Alors ? Elle est avec toi ?
MOI : Je… Je suis désolé… Je l’ai cherché partout pendant une heure dans la gare. Je… Je ne l’ai pas trouvé… Je… Désolé Ruwa.

Je ne peux pas rester là avec Uruha. Il doit m’en vouloir de ne pas avoir amener Aya. Il doit me détester. Reita aussi va me détester et Senyu. Oh putain !
Je me dépêche de monter dans ma chambre. Je préfère rester seul. Je ne pourrai pas supporter la réaction des autres. Il faut que je réfléchisse. Il faut que je trouve le moyen de ramener Aya. J’ai besoin d’elle. Je ne peux pas vivre sans elle.


POV Uruha

Aoi n’est pas revenu avec Aya. Il ne l’a pas retrouvé. J’ai l’impression qu’il croit que je lui en veux, mais ce n’est pas le cas, ce n’est pas sa faute. Il a fait de son mieux, je le sais. Il faut que je lui parle.


POV Reita

J’ai entendu du bruit. Je ne sais pas ce qui se passe, mais je n’aime pas ça. Ah ! Qu’est-ce que j’ai mal à la tête ! Pfff ! Il faut que je me lève. Je n’ai pas le courage mais bon. Tiens, c’est quoi ça ? Mais… Ruki ? Qu’est-ce qu’il fait là ? Et Kai aussi ? Mais… Ah, je me rappelle… Tous les trois… On a… couché ensemble. On été bien amoché pour faire ça quand même. Je me lève et sors discrètement de la chambre. Je trouve Miyavi et Senyu sur le canapé devant la télé. Mais où sont les autres ?
MOI : Dîtes les amoureux, vous avez vu les autres ?
MIYAVI : Non, désolé mon chou.
MOI : Bizarre.
SENYU : Ça va ?
MOI : J’ai une mauvaise impression. J’ai entendu du bruit et ça m’a réveillé.
SENYU : Oui, nous aussi on a entendu du bruit. Enfin, on a surtout entendu Aya et Uruha, et après plus rien.
MOI : Tu sais où est Aoi ?
SENYU : Je crois qu’il est monté dans sa chambre.
MOI : D’accord merci.

Je monte donc pour aller voir Aoi. La porte est entre-ouverte. Aoi et avec quelqu’un, sûrement Uruha.


POV Uruha

MOI : Aoi ?
AOI : Quoi ?
MOI : Je t’en veux pas, tu sais.
AOI : Mais j’ai pas été capable de la retrouver.
MOI : Et moi, je n’ai pas été capable de l’empêcher de partir.
AOI : On est vraiment nul. Moi, son mec, je n’ai pas réussi et toi qu’elle considère comme son frère, pareil. Si seulement Reita avait été là, il aurait peut-être réussi.
MOI : J’en sais trop rien.
AOI : Il faut que je la retrouve. Elle t’a dit où est-ce qu’elle allait ?
MOI : Elle m’a dit qu’elle voulait retourner à Kyoto.
AOI : Reita va me détester. La prochaine fois je préfère ne pas avoir d’idée dans ce genre-là.
… : C’est pas ta faute Aoi. Elle est comme ça. Elle se sent mal mais quand ça ira mieux elle reviendra.
AOI : Reita, je suis désolé… vraiment… J’ai pas réussi..
MOI : On n’a pas réussi.
REITA : Vous ne inquiétez pas, je vous en veux pas. Je comprends sa réaction. Elle reviendra.
AOI : Reita… Qu’est-ce qu’on va faire ? Qu’est-ce que je vais faire sans elle ?
REITA : T’inquiètes pas vieux, on est là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 20:00

Chapitre 15

POV Aoi

Ça fait deux jours que Aya est partie. La chambre est complètement vide sans elle. J’ai besoin d’elle, de sentir sa présence, d’entendre sa voix, de la voir embêter Uruha et les autres. Miyavi est resté chez nous pour nous soutenir. Senyu s’inquiète un peu pour Aya mais il affirme qu’elle peut très bien se débrouiller toute seule. J’ai beau me dire qu’il la connaît plus que nous, j’ai quand même peur pour elle. S’il lui arrivait quoi que ce soit je ne me le pardonnerai jamais.

POV Uruha

Aya n’est toujours pas revenue. Elle est partie pour de bon. J’ai l’impression qu’elle ne reviendra jamais. Mais je ne veux pas. Je veux qu’elle revienne. En plus, l’atmosphère est vraiment horrible ici. Miyavi fait tout ce qu’il peut avec Senyu pour nous remonter le moral, mais ça ne marche pas à chaque fois. Reita a le moral au plus bas et je ne parle même pas de Aoi qui doit être anéanti. Aya, il faut que tu reviennes et vite.


POV Reita

Soeurette, je peux comprendre pourquoi tu es partie, mais ce que je ne comprends pas c’est pourquoi tu ne donnes pas de nouvelles. Peut-être que si tu parles à l’un d’entre nous ça te fera souffrir. Je n’en sais trop rien. Je n’arrive pas à savoir ce que tu peux penser en ce moment, mais j’aimerai tant. Uruha n’est plus le même depuis que tu es partie et Aoi, il reste enfermé dans sa chambre à jouer de la guitare. Reviens ou donnes au moins de tes nouvelles.


POV Miyavi

Ma petite Aya, voilà que tu focalises l’attention sur toi depuis quelques temps. Et moi dans tout ça ? J’essaye de faire bouger les autres mais rien à faire. Ça serait bien que tu reviennes un jour, en plus je crois que Senyu s’inquiète un peu même s’il ne le montre pas.


POV Kai

Ils sont complètement morts. J’ai horreur de ça. Bon, je vais leur faire à manger, ça m’occupera un peu.
Une heure est passée.
MOI : A table !!!
MIYAVI : On arrive !
URUHA : Aoi, on mange !

Aoi arrive lentement et en traînant les pieds. Il a les yeux rouges. Il a encore pleuré. C’est pas possible je ne l’avais jamais vu dans un état pareil.
MOI : Aoi, ça va aller ?
AOI : Ouais, c’est bon. Ça passera.
MOI : Mouais.
AOI : Pas très convaincant hein ?
MOI : Pas trop non.
AOI : Désolé.
MOI : T’as pas besoin de t’excuser.

Le repas terminé, tout le monde repart à ses activités. Je sors dehors pour aller fumer et vois le facteur. Il me donne une lettre. Je regarde et reconnais l’écriture de Aya. Je rentre vite.
MOI : Hey, il y a une lettre de Aya !
… : Elle est pour qui ?
MOI : Pour toi Aoi, voyons.
AOI : Merci.

Aoi s’en va dans sa chambre pour lire la lettre au calme. Enfin, c’est ce qu’il a dit, mais je pense plutôt qu’il préfère anticiper sa réaction.


POV Aoi

Une lettre de Aya. C’était inespéré. Enfin, je monte la lire dans ma chambre comme ça si elle me dit un truc grave je serai tranquille.

Cher Aoi

Si je suis partie ce n’est pas pour ce que tu crois, enfin pas vraiment, ça a plutôt été une excuse pour partir d’ici. Tu n’as rien fait de mal alors ne t’en veux pas comme tu le fais en ce moment. Je pense savoir dans quel état tu dois être, Ruwa doit être anéanti lui aussi et Reita en colère, normal il fait le grand frère protecteur.
Je suis partie en disant à Ruwa que je retournais à Kyoto, en fait j’ai changé d’avis, alors sache que je suis resté à Tokyo et que je ne suis pas très loin. Pour l’instant, je ne compte pas revenir, j’ai besoin de réfléchir à certaines choses. Ne t’inquiètes pas, ça me ferait vraiment plaisir, même si ce que je te dis ne fait que (peut-être) douté encore plus.
Sache que l’on prend bien soin de moi et que je suis tombée entre de bonnes mains, alors ne t’en fais pas pour ça.
Je pense qu’à l’heure actuelle, Kai s’occupe de vous comme il le faut, c’est le plus stable du groupe. J’espère aussi que Miya passe vous voir histoire de vous changer les idées. Mais surtout si tu t’inquiètes pour moi et que les autres aussi, ARRETEZ !!!

Voilà, bisous à vous tous
Aoi, je t’aime plus que tout.
Aya.


Alors elle est restée à Tokyo. Tant mieux comme ça je suis un peu plus tranquille mais je préférerai qu’elle soit ici avec moi. Je redescends pour passer la lettre aux autres, je la passe d’abord à Reita et Uruha qui la lise ensemble. Après elle passe à Kai et Ruki, pour finir dans les mains de Senyu et Miyavi.
MIYAVI : Elle est toujours à Tokyo ? C’est une bonne nouvelle. Mais chez qui elle peut bien être ?
AOI : Là j’en sais rien du tout. A part nous je vois pas. Peut-être Tsukasa, mais ça paraît impossible ça fait à peine quelques jours qu’elle le connaît. Senyu, tu ne saurais pas par hasard ?
SENYU : Alors là, non, aucune idée. Désolé.
AOI : Pas grave. Elle est à Tokyo. Elle est plus proche que je le pensais. C’est déjà ça.
REITA : Mais où est-ce qu’elle peut bien être ?
URUHA : Pourquoi elle ne revient pas maintenant. Si elle nous écrit c’est qu’elle va revenir non ? Alors pourquoi pas maintenant ?
REITA : Elle doit réfléchir, c’est écrit. Aoi ? Ça va ?
AOI : Oui… Il me reste plus qu’à être patient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 20:06

Chapitre 16

POV Aya

Logiquement les garçons devraient avoir reçu ma lettre. Je vais pouvoir faire le reste. Je prends mon portable et rédige mon message. Je l’envoie.


POV Reita

Aya. Alors comme ça tu es restée sur Tokyo. Pourquoi je m’en doutais au fond de moi ?
Tiens mon portable vibre. Ah, un message de… toi !
MOI : Excusez-moi, je dois téléphoner.

Je sors de la maison et m’assois sur le banc juste devant. Je regarde mon portable.

MESSAGE DE : PETITE SŒUR

Rei-chan, je pense que vous avez dû avoir ma lettre. Alors je te dis où est-ce que je suis si tu me jure de garder ça pour toi. Alors ?


Aya. Tu ne me laisse pas trop le choix. C’est vraiment parce que c’est toi. Je te réponds.


POV Aya

Je ne tarde pas à avoir la réponse de Reita.

MESSAGE DE : REI-CHAN

Je veux bien garder ça pour moi. Mais as-tu seulement pensé à Aoi ? Enfin, vas-y dis-moi.


Penser à Aoi ? Quelle question !


POV Reita

MESSAGE DE : PETITE SŒUR

Bien sûr que j’ai pensé à Aoi, je ne fais que ça. Mais je ne veux pas qu’il vienne me voir pas pour l’instant. Quand le moment sera venu, je reviendrai. Je suis chez ta mère. Alors tu vois je suis entre de bonnes mains.
Bisous Rei-chan,
Je t’aime.


Chez ma mère ? Tu as vraiment fait le bon choix . Mais pourquoi as-tu besoin de réfléchir ? Je ne comprends pas.


POV Aya

MESSAGE DE : REI-CHAN

Alors c’est parfait. Je te promets de garder ça pour moi. Ne tardes pas à revenir, Aoi est anéanti. Tu manques à Ruwa. Tu me manques.
Je t’aime aussi petite sœur.


Reita, je savais que je pouvais te faire confiance. Mais… Voilà que je pleure maintenant. Vous me manquez tous. J’aimerai tellement vous voir, mais pas maintenant. Je dois être au calme.
… : Est-ce que ça va Aya ?
MOI : Oui, ça va mieux Madame Suzuki. J’ai prévenu Reita que j’étais ici, le connaissant il passera sûrement.
Mme SUZUKI : Très bien. Bon, c’est bien l’heure d’y aller. Il ne faudrait pas que tu sois en retard pour ton rendez-vous.
MOI : Vous avez raison. Merci.

Je me lève. J’ai encore la tête qui tourne. J’attends quelques minutes que ça se calme. Je descends les escaliers. Je prends ma veste et monte dans la voiture.


Nous sommes arrivées chez le médecin. Je ne sais pas pourquoi mais je stresse. S’il m’annonce une mauvaise nouvelle ?
MEDECIN : Mlle Suzuki ?
MOI : Oui, j’arrive.

Je me lève. Encore cette tête qui tourne. Je l’ignore et avance tant bien que mal vers le cabinet.

Ellipse d’une demi-heure

Je ressors du cabinet du médecin. Je pleure. La mère de Reita s’avance vers moi totalement paniquée.
Mme SUZUKI : Qu’est-ce qu’il y a ?
MOI : Rien.
Mme SUZUKI : Mais si ! Docteur ?
MEDECIN : Il vaut mieux que ce soit elle qui vous l’annonce madame.
Mme SUZUKI : Aya ? Pourquoi tu es triste comme ça ? Qu’est-ce que tu as de grave ?
MOI : Non. Ce sont des larmes de… de joie.
Mme SUZUKI : Comment ça ?
MOI : Je suis enceinte !
Mme SUZUKI : Oh ! Tu m’as fait peur.
MOI : Je suis désolée.
Mme SUZUKI : Toutes mes félicitations. Je suppose que tu vas t’empresser de retourner voir Aoi et lui dire.
MOI : Non, je préfère rester encore quelques temps. Comme je l’ai dit à Reita, j’ai besoin de réfléchir et là plus que jamais. Et tant que je ne me sens pas bien, je préfère rester chez vous, si ça ne vous embête pas. Les garçons ont d’autres choses à faire que de s’occuper de moi.
Mme SUZUKI : Restes autant de temps que tu le souhaites. J’aime m’occuper à nouveau de quelqu’un.
MOI : Merci beaucoup.
Mme SUZUKI : Très bien rentrons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Mer 1 Juil - 20:13

Chapitre 17

Trois semaines sont passées. Reita a pris l’habitude de venir chaque semaine, sauf qu’il ne viendra pas aujourd’hui, simplement parce que je lui ai demandé. Il a trouvé ça bizarre, mais il va comprendre.
Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Aoi. Oui, nous sommes le 20 janvier. Comme tout va mieux depuis une semaine, je me suis dis qu’il serait temps que je revienne et c’est le jour idéal. Il devra juste encaisser le choc.
Je range le reste de mes affaires dans ma valise. J’entends Mme Suzuki qui arrive.
Mme SUZUKI : Laisses-moi faire Aya. Je vais descendre ta valise et la mettre dans la voiture.
MOI : Merci beaucoup.
Mme SUZUKI : N’oublies pas, tu dois te reposer.
MOI : Je ferais de mon mieux, mais ça ne sera pas évident une fois là-bas.
Mme SUZUKI : Je comprends, mais reposes-toi.
MOI : Oui.

Ellipse d’une heure

Je me retrouve devant la maison. Je décide d’attendre un peu. Attendre quoi ? Disons que j’ai envie de créer la surprise. Donc, j’ai pensé à un petit truc très ridicule, mais qui pourrait être intéressant.
Quelques minutes après, le facteur arrive enfin.
FACTEUR : Ah bonjour Mlle Suzuki. Tenez voici le courrier du jour.
MOI : Merci beaucoup.
FACTEUR : Au revoir et bonne journée.
MOI : Merci, vous aussi.

Voilà ce que j’attendais. Le facteur et… ah ben tient c’est Uruha qui y va cette fois. Moi qui m’attendais à voir Kai comme d’habitude. Uruha sort de la maison et me regarde fixement. Il ne bouge plus. Puis, il avance vers moi et me sourit. Ce sourire. Il m’a manqué.
URUHA : Aya-chan, tu reviens enfin !
MOI : Oui et avec de bonnes nouvelles.
URUHA : Ah, tu ne t’ai pas seulement transformée en facteur ?
MOI : Ah Ruwa, tu m’as manqué.
URUHA : Toi aussi tu m’as manqué, mais pas autant qu’à d’autres. Par contre, tu veux bien m’expliquer une chose ?
MOI : Oui, bien sûr.
URUHA : (mort de rire) C’est quoi ce look horrible. Il était temps que tu reviennes.
MOI : Ah ça, je l’explique à l’intérieur et à tout le monde.
URUHA : Alors on y va !

Et Uruha me prend ma valise. Moi, je garde ma guitare et le suis.
URUHA : Devinez quoi ? On a changé de facteur.
… : On s’en fou Ruwa.
URUHA : Râles pas comme ça Aoi, c’est tout à fait ton genre, elle est très belle enfin presque…
MOI : Hey, je te permets pas Ruwa !
AOI : Aya ? Non, je dois devenir complètement dingue et j’entends des voix.
… : Alors on est deux et en plus elle porte mes fringues.
AOI : (se levant d’un bond) Qu’est-ce que tu racontes Reita ? Oh… Aya.
MOI : Et oui c’est moi Aoi, et non tu n’entends pas encore de voix.
AOI : Je suis tellement heureux de te revoir, tu n’imagines pas à quel point tu m’as manqué et…
MOI : (me jetant dans ses bras) Oh si j’imagine très bien.
REITA : (me prenant dans ses bras) Tu permets Aoi ?
URUHA : Bon euh, les retrouvailles c’est plus tard. Ruki ! Kai ! Ramenez-vous ! Aya est revenue !

J’entends courir. Kai arrive et crie. Ruki arrive… presque. Ruki rate une marche et tombe sur Kai ce qui provoque l’hilarité générale lorsqu’ils se retrouvent tous deux par terre.
RUKI : Aïeeeeeeeeuh !
KAI : C’est plutôt à moi de dire ça !
MOI : Bon, allez debout. Je dois vous parler à tous.
KAI : D’accord, on t’écoute.

Et ils s’assoient tous devant moi. Leur parler à tous n’est pas très facile, mais bon, il faut bien que je m’explique.
MOI : Bon, je tiens d’abord à m’excuser d’être partie comme ça mais comme je vous l’ai dit j’avais besoin de réfléchir et certaines choses sont arrivées ce qui m’a amené à réfléchir encore plus. Alors voilà, désolée.
URUHA : T’inquiètes, personne ne t’en veux, on peut comprendre. Mais maintenant, moi, j’aimerai savoir ce qui s’est passé avec ton look. Parce que je ne veux pas dire mais le look tee-shirt super-large c’est pas terrible.
MOI : J’allais y venir justement Ruwa. Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Aoi alors, je voulais lui souhaiter comme il se doit avec un vrai cadeau.
URUHA : Ah, et te ramener en tee-shirt extra-large ça l’excite c’est ça ?
MOI : Aoi ? S’il te plaît ?
AOI : Oui, bien sûr.

BAM !!! Un coussin en pleine figure pour Uruha.

URUHA : Aïeeeeuh !!!
MOI : Merci chéri.
AOI : Mais de rien chérie.
RUKI : Séparés mais toujours autant de complicité.
REITA : C’est beau.
MOI : Donc avant que notre cher Ruwa le baka intervienne, je disais que j’avais un cadeau pour Aoi.
AOI : Sil te plaît j’aime pas le suspense, c’est de la torture.
MOI : Tu vas être papa.
AOI : Quoi ? Mais… Comment…
MOI : Beh, je préfère pas trop expliquer devant les autres, mais je peux te rappeler comment on a fait.
URUHA : Mais ça nous gènes pas voyons.

BAM !!!

URUHA : Aïeeeuh ! Je suis maltraité !
MOI : Merci Aoi.
AOI : A ton service. Alors depuis combien de temps ?
MOI : Bientôt deux mois.
AOI : Et c’est quoi ?
MOI : Ça on ne peut pas encore le savoir, mais je sens que ça va être un garçon.
REITA : Je vais être tonton !
URUHA : On va être tonton !
RUKI et KAI : Félicitations !
MOI : Merci.
URUHA : Le pervers va être père n’empêche, ça ne craint pas trop pour l’éducation du gosse ?
REITA : Ruwa ?
URUHA : Oui?
REITA : J’espère que tu sais courir vite.
URUHA : Pourquoi ? Aaaaaah ! Pitié, me frappes pas !!!

Le spectacle de Uruha essayant d’échapper à Reita fait rire tout le monde. On entend des « viens ici baka ! » et des « Au secours, un baka à crête veut ma peau ! », mais c’est un spectacle que je ne raterai plus jamais, car jamais, non plus jamais je ne partirai d’ici, de cette famille de dingues qui m’a tant manqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Jeu 2 Juil - 4:44

Chapitre 18

Plusieurs jours sont passés depuis mon retour et tout est revenu dans l’ordre. Aoi est devenu très protecteur avec moi, enfin surtout avec le bébé. Il vire dehors tous ceux qui fument dans les environs et lui il a arrêté. C’est trop chou. J’ai l’impression que le fait que je sois partie nous a encore plus rapproché qu’avant. Chaque soir, il est là à coté de moi à me jouer un morceau avec sa guitare, chose que je ne me lasserai pour rien au monde. Reita se demande pourquoi Aoi perd son temps à faire ça. Aoi a beau lui expliqué que c’est pour le bébé, il ne comprend pas, il trouve ça bizarre. C’est bien Reita ça !

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Ruki. J’aimerai bien me jeter sur lui, mais je ne le ferais pas. Pourquoi ? Beh déjà je suis enceinte et puis la deuxième raison, c’est que Kai lui fête peut-être déjà, si vous voyez ce que je veux dire. Je descends donc au salon, histoire de voir mes animes. Reita et Uruha sont déjà là.
MOI : Bonjour vous deux !
URUHA : Aya ! Comment tu vas ?
MOI : Très bien comme chaque matin. Tu vas me demander ça à chaque fois ?
URUHA : Beh, je prends soin de toi.
MOI : C’est gentil, mais Aoi s’occupe déjà de moi.
REITA : La preuve, il lui joue de la guitare tous les soirs.
MOI : On t’a déjà expliqué pourquoi.
REITA : Et ça reste très bizarre. En fait, vous êtes ensemble parce que vous êtes bizarres.
MOI : Reita ?
REITA : Hum ?

BAM !!!

REITA : Maieeeuh !
MOI : Ça t’apprendra. Tu ne critiques pas Aoi.
REITA : Pffff ! Si on peut plus rire.
MOI : Et par pitié trouves-toi un mec et toi aussi Ruwa !
URUHA : Quelle autorité !
REITA : C’est les hormones.

BAM !!!

REITA : Aïeeeeeuh !!!
MOI : Merci chéri.
AOI : Mais de rien. Je n’aime pas qu’on énerve ma femme.
REITA : Deux contre un, c’est pas très juste.
MOI : Bref, je vais préparer le petit-déjeuner.
URUHA : Beh Kai peut pas le faire.
MOI : Non, parce que Kai doit être occupé à fêter l’anniversaire de son homme.
URUHA : Tant de perversité chez une femme !
MOI : Et t’en sais quelque chose.
URUHA : Oui, c’est vrai.
REITA : Hein, j’ai loupé un truc là !
AOI : Laisses tomber.
MOI : Bon je m’y mets.

Le petit-déjeuner prêt, les trois garçons se jettent dessus. Uruha, comme a son habitude monopolise le nutella, mais cette fois Reita le prend et me le passe.
URUHA : Hey !
REITA : Quoi?
URUHA : Mais tu m’as volé le nutella ! J’ai faim !
REITA : Dois-je te rappeler qu’il y a une personne qui mange pour deux ici?
URUHA : Roooh. Bon, il faudra en racheter, un pot pour Aya et un pour moi.
MOI : Merci Ruwa-chan pour ce sacrifice.
URUHA : Beh, j’ai pas trop le choix avec ton frère qui me l’a volé.
REITA : Baka !
URUHA : Baka, toi-même !
… : C’est quoi tout ce bruit ?
AOI : Tiens Ruki, ça va ?
RUKI : Ouais, je suis fatigué mais…
TOUS : BON ANNIVERSAIRE !!!
RUKI : Merci beaucoup. Bon j’ai faim.
URUHA : Hum… Fatigué… Il a faim… Aya, tu avais raison.
MOI : Je sais.
RUKI : De quoi vous parlez vous deux ?
URUHA : Kai t’as déjà fêté ton anniversaire !
RUKI : Pervers !
URUHA : Mais c’est même pas moi qui y ait pensé en premier.
RUKI : M’en fou. J’ai faim.
REITA : Donnez-lui à manger. Il doit reprendre des forces voyons.
RUKI : Baka !
REITA : Roooooh!


Le soir arrive enfin. Plus tôt dans la journée, on avait décidé de sortir pour fêter l’anniversaire de Ruki comme il se doit. Aoi avait donc appelé Miyavi et Senyu. Oui, j’ai appris dans la journée que Miyavi et Senyu n’étaient plus ensemble. Je me demande bien ce qui a pu se passer entre eux. Ils étaient tellement mignons, même si quand je les ai vu Senyu ne pouvait pas s’empêcher de baver sur Reita, mais bon, on ne peut pas lui en vouloir.
Senyu arrive le premier. Je me jette littéralement sur lui, qui est par ailleurs choqué parce que Aoi a eu la bonne idée de ne pas le prévenir que j’étais revenue.
SENYU : Tiens la fugueuse est revenue et elle a un peu forcée sur le nutella à ce que je vois.
MOI : Hey ! J’ai pas forcé sur le nutella, baka !
SENYU : Et comment tu expliques cette prise de poids ?
MOI : Aoi.
SENYU : Quoi Aoi ? Attends… Non !
MOI : Si !
SENYU : Non !
MOI : Mais si !
AOI : Ah non, vous allez pas recommencer ?
SENYU : Désolé. Enfin, félicitations !
MOI : Bon, il faut qu’on parle. Aoi, tu peux nous laisser ?
AOI : Bien sûr.
SENYU : Parler de quoi ? De ta fugue qui a fait flipper tout le monde ?
MOI : Je me suis excusée pour ça. Non, je veux parler de toi. Pourquoi tu m’as pas dit que tu n’étais plus avec Miya ?
SENYU : Parce que je voulais pas t’emmerder avec ça.
MOI : Arrêtes ! T’es chiant à dire ça à chaque fois ! Pourquoi vous n’êtes plus ensemble ?
SENYU : Tu connais Miya ? Il a une fâcheuse tendance à se taper d’autres personnes et j’ai plus supporté. En plus, je suis…
MOI : … amoureux de Reita ?
SENYU : Je crois… Enfin, je suis un peu perdu, mais je verrai bien ce soir.
MOI : Ouais, tu auras la confirmation.
… : Confirmation de quoi ?
MOI : Tiens Miya, te voilà ! Beh confirmation si tu arrivais à l’heure ou pas.
MIYAVI : Alors me voilà, la fête peut enfin commencer. Parce que une fête sans moi ne peut pas être drôle.
MOI : Mais oui Miya.
MIYAVI : Petite question.
MOI : Oui ?
MIYAVI : Est-ce que un grand brun un peu pervers ne t’aurai pas mise enceinte par hasard ?
MOI : Si !
… : Et le grand brun un peu pervers t’emmerde !
MIYAVI : Aoi, tu sais très bien que je préférerai que tu…
AOI : Un mot de plus et je te frappe.
MIYAVI :
MOI : Chéri, je crois que Miya est mort.
AOI : Tu crois ?
MIYAVI :
MOI : Oui. Il faudrait quand même vérifier.
AOI : Tu as raison.
MIYAVI :
MOI : Tu sais ce que tu dois faire ?
MIYAVI :
AOI : Bien sûr.
SENYU : Vous allez faire quoi ?
MOI : Tu vas voir.
MIYAVI :
AOI : Reita, on a besoin de toi pour ranimer Miya ! Ramènes-toi ! Vite !
MIYAVI : NON !!! PAS LE BAKA A CRETE !!!
SENYU : Efficace.
MOI : T’as vu ça.

Après la petite crise de Miyavi et Reita qui le martyrise, on se décide à aller dans notre bar favori. La soirée se passe vraiment bien. Miyavi s’est fait engueuler par Reita parce qu’il s’est mis à fumer devant moi. C’était très drôle à voir. Le truc marrant de la soirée, c’est les rapprochements entre Miyavi et Uruha. Reita me paraît complètement ailleurs. Je me demande bien à quoi il pense.
MIYAVI : Aya ? Aoi ? C’est pour quand le mariage ?
MOI : Euh…
AOI : Pour tout de dire, on n’y a pas encore réfléchi.
MIYAVI : Beh, il faut vous bouger quand même.
AOI : Eh bien, je pense qu’on va attendre que le bébé soit né pour nous marier.
MOI : Oui, c’est mieux.
MIYAVI : Et c’est quand ?
MOI : Et bien, j’attends le rendez-vous mais si j’ai bien calculé, il sera pour juin.
MIYAVI : Pour l’anniversaire de Ruwa !
MOI : On n’en sait rien, je suppose, mais on aura la date exacte.
MIYAVI : Donc, vous allez vous marier cet été ?
AOI : Oui.
MOI : Mais pourquoi toutes ces questions Miya ?
MIYAVI : Parce que je veux être là et que je ne veux pas avoir une tournée pendant votre mariage.
MOI : Mais tu seras pas en tournée puisque tu joueras pour nous. T’en pense quoi Aoi ?
AOI : Oui, pourquoi pas.
MIYAVI : Ouais, je le savais. Vous ne pouvez pas vous passer de moi.
AOI : Mais oui, c’est ça.
MOI : Excusez-moi les garçons, je vous laisse un moment.

Je me lève et va rejoindre Reita qui était parti au bar.
MOI : Qu’est-ce que tu as Rei-chan ?
REITA : Hum… Ah... Aya... Non, mais ça va.
MOI : Tu sais que tu n’es pas très convaincant frangin.
REITA : Zut, je dois revoir mon jeu d’acteur.
MOI : C’est clair, tu es meilleur à la basse.
REITA : Merci.
MOI : Bon, t’accouches !
REITA : Ça serait plutôt à moi de te dire ça.
MOI : Baka ! Rei… Allez dis-moi ce qui ne va pas. Je n’aime pas te voir comme ça. Ça me rend triste.
REITA : Pfff ! C’est pas facile à expliquer. Enfin si… C’est juste que je ne suis pas sûr de ce que je ressens.
MOI : T’es amoureux ?
REITA : Je crois.
MOI : Et de qui ? Quelqu’un du groupe ? Attends non, je suis bête, il ne reste que Ruwa. Attends, t’es toujours amoureux de Ruwa ?
REITA : Non, c’est pas Ruwa. Lui, il va être avec Miyavi. Non, je… enfin… c’est… Sen… Senyu…
MOI : Senyu ! Mon Senyu ?
REITA : Oui. Je suis complètement perdu. Lui, c’est clair il ne m’aime pas, il me parle même pas, alors comment veux-tu qu’il m’aime ?
MOI : Rei-chan…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Jeu 2 Juil - 4:49

Chapitre 19

Je me lève et vais chercher Senyu qui fixait son verre. Je lui prends le bras et l’amène vers moi.
SENYU : Hey ! C’est quoi cette violence gratuite ?
MOI : Tu te bouges et tu va voir Reita !
SENYU : Quoi ? Mais non. Pourquoi j’irai le voir ?
MOI : Regardes-le ! Il se morfond complètement. Tu ne vois pas qu’il est triste ?
SENYU : Mais…
MOI : D’accord, c’est moi qui vais me bouger alors.

J’amène Senyu jusqu’au bar et le mets à coté de Reita. Reita me regarde d’un air interrogateur. Senyu, lui, a les yeux grand ouverts.
SENYU : Mais qu’est-ce que tu fous ? T’es pas bien ?
REITA : Aya, qu’est-ce qui se passe là ?
MOI : Je m’occupe de vous parce que vous êtes des baka ! Vous êtes amoureux l’un de l’autre sauf que vous croyez que l’autre ne l’ai pas. Voilà c’est dit !
SENYU : Euh…
REITA : C’est... C’est vrai ? Senyu ?
SENYU : Euh… Oui
REITA : Ben ça. Je n’y aurai pas cru. Je croyais que tu aimais encore Miyavi.
SENYU : Et moi que tu aimais encore Uruha.
REITA : On s’est trompé on dirait.
SENYU : On dirait bien.
MOI : Voilà, j’ai fait ma bonne action de la soirée.

Sur ces mots, je laisse les amoureux en tête à tête et vais rejoindre mon homme. Il se retrouvait seul puisque Ruki est occupé avec Kai, et Miyavi avec Uruha. Je m’approche et m’assoit sur ses genoux.
AOI : Te voilà enfin. Tu étais partie où ?
MOI : ( montrant Senyu et Reita ) Casé ces deux baka qui ne communiquaient pas entre eux.
AOI : Ah, je vois. Tout s’arrange donc.
MOI : Oui, enfin.
AOI : Et si on rentrait se mettre au calme ?
MOI : Oui pourquoi pas. Mais qui va aider ces couples à rentrer ?
AOI : Bon, allez tout le monde on rentre !

On entend râler dans différents endroits du bar et chacun se traîne jusqu’à la voiture. Aoi nous conduit donc jusqu’à la maison. On se dit « bonne nuit », formulation juste polie, puisque chacun savait ce qu’il allait faire. Miyavi et Uruha vont dans la chambre de ce dernier, Ruki dans celle de Kai et Senyu dans celle de Reita. Senyu se retourne et me sourit. Je lui souris et lui fais un clin d’œil.
Aoi et moi allons nous asseoir sur le canapé pour regarder la télé. Ce soir, on choisit film d’horreur.
Après le film, Aoi se lève et va chercher sa guitare et amène la mienne en même temps. On commence à jouer différents morceaux. Je décide de poser ma guitare. Je commence à être fatiguée. Aoi continue à jouer. Il en vient à jouer mon morceau préféré « Cassis ». Je l’écoute. J’aime ça façon de jouer. Cet air concentré qu’il a lorsqu’il joue. Je ne m’en laisserai jamais. Mes yeux se ferment tout seuls. Je ne veux pas. Je veux continuer à le voir jouer. Il me sourit. Il est magnifique. Mes yeux se ferment… définitivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Jeu 2 Juil - 5:03

Chapitre 20

POV Uruha

La lumière du matin me réveille. Je n’ai pas trop envie de me lever mais bon, une fois réveillé, je ne retrouve pas le moyen de dormir. Je me lève et m’habille. Je me retourne. Miyavi est toujours là. Qu’est-ce qu’il est beau quand il dort !
MOI : Merci pour cette nuit magnifique mon ange.
MIYAVI : Mais de rien, tout le plaisir était pour moi. On remet ça quand tu veux.
MOI : Mais tu étais réveillé ? Baka !
MIYAVI : Tu ne voulais pas que je t’entende ? C’est bête.
MOI : C’est toi qui est bête !
MIYAVI : Mais ne te fâches pas comme ça voyons.
MOI : Pfff !
MIYAVI : Ruwa ?
MOI : Quoi ?
MIYAVI : Je t’aime.
MOI : Quoi ?
MIYAVI : Je t’aime.
MOI : J’hallucine ?
MIYAVI : Euh… Non.
MOI : Tu es donc capable d’aimer quelqu’un d’autre que toi ?
MIYAVI : Tu sais en temps normal on répond « moi aussi je t’aime ».
MOI : Mais bien sûr que je t’aime baka. C’était pour t’embêter.
MIYAVI : Ouf ! Je suis encore irrésistible à tes yeux. Ça me rassure.
MOI : ( lui lançant un oreiller ) Baka !
MIYAVI : Bon on va voir les autres ?
MOI : Ouais, tu échappes à ta sentence.
MIYAVI : Mais tu vas te rattraper ce soir, hein ?
MOI : Qu’est-ce que tu crois ?

Sur ces mots et cette révélation, on se lève et sort de la chambre. Miyavi décide de commencer par Reita et Senyu. J’ai hâte de voir ça. Reita a horreur qu’on le réveille.
MIYAVI : Debout les tourtereaux ! Il faut se lever !

Et là, magnifique. Miyavi saute sur le lit. Reita râle et lui balance un oreiller en pleine figure, ce qui déséquilibre Miyavi. Normal, il ne fait pas le poids face à Reita, surtout au réveil.
REITA : Mais quel baka celui-là !
MIYAVI : Oh, mais Rei-kun, il faut se lever, c’est une belle journée.
REITA : M’appelles pas comme ça. Je suis pas ton mec, je te le rappelle.
MIYAVI : Zut ! Mais un jour tu verras, tu ne résisteras plus à mon charme.
REITA : Causes toujours.
MOI : Dites ! C’est normal que Senyu n’a pas été réveillé ?
MIYAVI : Oh oui, t’inquiètes. Quand il dort, il dort celui-là. Et puis, Reita y est aussi pour quelque chose.
REITA : Baka !
MIYAVI : Tu vas me dire le contraire peut-être ?
REITA : Non. Je te dis baka et que ça ne te regarde pas.
MIYAVI : T’es pas drôle, tu sais ?
REITA : Pas avec toi.
MIYAVI : Maieeeeeuh ! Ruwa-kun, Reita il est méchant avec moi.
MOI : C’est parce que tu l’as réveillé. Il ne fallait pas.
MIYAVI : Pfff !
REITA : Très constructif Miya.

Miyavi lui tire la langue et s’en va. Qui seront les prochaines victimes ? Je cours le rejoindre et entends du bruit dans la chambre de Kai. Victimes suivantes : Ruki et Kai !
… : Non !
MIYAVI : Allez debout, Ruki !
RUKI : Non !
MIYAVI : Ruki ?
RUKI : Non !
MIYAVI : Tu sais dire autre chose que non ?
RUKI : Non !
MIYAVI : Tu veux vraiment pas te lever ? Tu ne veux pas suivre l’exemple de Kai ?
RUKI : Non !
MIYAVI : D’accord. Kai, je suis désolé de ce que je vais faire.
KAI : Tu vas lui faire quoi ?
MIYAVI : La seule chose capable de le faire lever d’ici.
KAI :

Miyavi s’approche donc du lit mais Ruki ne bouge toujours pas. Il veut trop dormir pour vouloir bouger. Mais Miyavi s’approche encore jusqu’à s’allonger dans le lit avec Ruki et là c’est LA réaction ! Ruki se lève d’un bond et s’enfuit à l’autre bout de la chambre.
RUKI : Au secours !
… : Vous allez finir votre bordel là ?
RUKI : Désolé Reita, mais Miya a essayé de m’embrasser.
REITA : Miya, tu vas arrêter d’emmerder tout le monde.
MIYAVI : Mais c’est drôle non ?
REITA : On a pas le même humour.
MIYAVI : Pfff ! C’est sûr.

Aoi rentre dans la chambre à son tour.
MOI : Tiens Aoi. Bonjour !
AOI : Ouais, salut.
MOI : Désolé si on t’a réveillé mais…
AOI : C’est bon, je m’occupe de ça.
MOI :

Aoi s’approche de Miyavi et le plaque sur le lit. Bien sûr Miyavi, c’est fait des idées, mais ça n’a pas duré longtemps. Aoi le frappe avec un oreiller et à chaque fois que Miyavi parle il le refrappe. Je n’ai pas voulu aider Miyavi même si j’en avais envie, parce que je connais très bien la force de Aoi et personne ne fais le poids face à lui, sauf peut-être Reita. Du coup, tout le monde regarde et rigole. Miyavi n’en peut plus mais au moins il s’est enfin calmé. Enfin jusqu’à la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Jeu 2 Juil - 5:08

Chapitre 21

POV Aoi

Après avoir calmer Miyavi, on descend tous à la cuisine et Kai nous prépare le petit-déjeuner. Je m’arrête devant Aya et la réveille doucement. Je sens que Miyavi est derrière moi.
MIYAVI : Et elle, elle ne râle pas quand on la réveille.
MOI : Non, puisque je ne la réveille pas à ta manière et heureusement parce que j’imagine même pas ce qu’elle pourrait te faire si tu faisais ça.
MIYAVI : Oh mais c’est marrant.
MOI : Oui, mais pas dans l’état où elle est.
AYA : Pourquoi ? Il a fait quoi encore ?
MOI : Il s’est jeté sur les gens pour les réveiller.
AYA : Effectivement, ce n’est pas génial et tu m’aurai fait ça, Aoi aurait réglé ton cas.
MOI : Mais il n’a pas réussi à réveiller Senyu.
MIYAVI : Il est incroyable quand même. On a beau faire du bruit, rien ne le réveille.
AYA : Rien ? Tu es sûr ? Moi, je sais.
MIYAVI : Mais c’est impossible ! Quand j’étais avec lui rien ne le réveillé. Ça m’exaspéré tellement que j’avais pensé à lui…
MOI : Pitié, épargnes-nous les détails.
MIYAVI : Soit pas jaloux, je m’occuperai de toi un jour promis.

BAM !!!
MIYAVI : Aïeeeuh ! Mais pourquoi t’as fait ça Aya ?
AYA : Tu touches à Aoi, ta gratte en subira les conséquences.
MIYAVI : Nooooon ! Pas ma guitare ! Pitié !
AYA : Alors tiens-toi tranquille !

Kai arrive.
KAI : C’est prêt !
AYA : D’accord je vais réveiller Senyu.
MIYAVI : Beh, bonne chance alors.
AYA : Pas besoin, il faut avoir la technique.
MIYAVI :
AOI : Ne fais pas trop d’effort quand même.
AYA : T’inquiètes, juste besoin de mon bras.


POV Aya

Sur ces paroles, je vais à la cuisine et prend ce dont j’allais avoir besoin. Je monte donc dans la chambre de Reita et vois Senyu complètement affalé dans le lit. Comme à son habitude. Je me mets juste au-dessus et…
SENYU : Aaaaah ! Mais qu’est-ce que c’est ?
MOI : Et voilà, t’es réveillé et prêt à descendre déjeuner.
SENYU : Aya, j’ai horreur que tu fasse ça. T’as pensé à mes cheveux !
MOI : Oh le pauvre petit garçon !
SENYU : Pfff !
MOI : Oh le pauvre petit chou va quand même pas faire la tête ?
SENYU : Beh si.
MOI : Oh non, ne me fait pas ça.
SENYU : Pfff, t’as de la chance d’être enceinte.
MOI : Pourquoi tu dis ça ? Tu te serai venger sinon, c’est ça ?
SENYU : Ouais c’est ça.
MOI : Tu fais pas le poids garçon.

On descend rejoindre les autres pour manger. Miyavi hallucine un peu et se demande comment j’ai fait. Reita nous regarde et fais un peu une drôle de tête.
REITA : Euh… Senyu ?
SENYU : Mmmh, quoi?
REITA : T’as pas l’impression qu’il manque quelque chose ?
SENYU : Beh non. Pourquoi ?
REITA : Baka ! T’es en boxer ! Je ne veux pas que tout le monde te mate moi !
MOI : Oh c’est mignon. Senyu va subir le côté protecteur de Rei-chan.
SENYU : On dirait bien. Rei… C’est bon, je viens de me lever, alors doucement, et puis il n’y a pas que moi en boxer, baka.
REITA : C’est pas une raison.
SENYU : Sois pas jaloux, même si je trouve ça trop mignon.
REITA : Mouais.

Senyu va donc rejoindre son homme qui ne peut s’empêcher de baver devant le corps de Senyu. Non, mais trop mignon c’est deux-là.

La journée se passa essentiellement sous le signe de la feignantise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Jeu 2 Juil - 5:15

Chapitre 22

Ellipse d’un mois

Aujourd’hui j’ai rendez-vous chez le médecin pour voir si tout se passe bien au niveau du bébé et on va enfin savoir si c’est un garçon ou une fille, même au fond de moi je sens que ça va être un garçon.
Tout le groupe a tenu à venir ce qui a perturbé le calme habituel que l’on trouve dans une salle d’attente. Chacun parie avec les autres pour le résultat. Garçon ou fille ? Seuls Aoi et Reita sont calmes ou stressés selon le point de vue. Le médecin arrive ce qui fait sursauter Aoi. Si seulement il pouvait être calme, mais je ne peux pas lui en vouloir.
MEDECIN : Mlle Suzuki, vous me suivez. Monsieur, vous pouvez venir aussi, si vous le souhaitez.
AOI : Oui, bien sûr.
MOI : Il arrêtera de stresser comme ça.
MEDECIN : Je comprends parfaitement. Soit c’est la mère soit c’est le père qui stresse, ça a toujours été le cas.
AOI : Ce qui est normal.
MOI : Si on veut.

Ellipse d’une heure

Nous sommes rentrés chez nous. Les garçons sont plus qu’énervés. Pourquoi ? Simplement parce Aoi et moi avons décidé de ne rien dire avant d’être rentrés. Reita tourne en rond dans le salon.
REITA : Bon, vous allez parler oui ou non ?
MOI : Mais oui. C’est bon.
REITA : C’est pas trop tôt !
AOI : Mais tu vas te calmer oui ? Il faut pas stresser Aya pour la santé du bébé d’accord ?
REITA : Oui, désolé.
MOI : Bon, alors, je suis désolée de vous dire que j’avais raison. C’est un garçon et il est prévu pour le début du mois de juillet.
REITA : Ouais, c’est un mec ! Et c’est moi le tonton de ce petit gars.
AOI : Et on le plein d’avoir un baka pareil comme oncle.
REITA : Pfff ! Même pas drôle.
AOI : Bref, on voulait demander quelque chose. Aya ?
MOI : Oui, on voulait savoir si Ruwa voulez bien être le parrain.
URUHA : Oh oui, bien sûr. Je vais m’en occuper et lui offrir pleins de guitares !
MOI : Il ne risque pas dans manquer avec ses parents guitaristes et, toi et Ruki qui jouent aussi de la guitare. Il sera plongé dedans.
REITA : De la guitare ? Non, mais c’est n’importe quoi ! Il va jouer de la basse comme son oncle bien sûr.
KAI : Non de la batterie !
RUKI : Il chantera aussi.
MOI : Mais bien sûr. Il sera un groupe à lui tout seul c’est ça ?
REITA, RUKI et KAI : Ouais !!!
AOI : Mais où est-ce qu’on vit.
MOI : Je me le demandes parfois.

Après cette bonne nouvelle, Uruha a jugé bon que l’on fête ça. Donc Miyavi et Senyu sont venus et nous voilà repartis dans notre bar favori. Senyu et Uruha n’ont pas arrêté de me harceler pour savoir comment j’appellerai le bébé. Aoi est heureusement intervenu parce que je ne savais plus quoi faire.
Je décide de sortir prendre l’air quelques instants. Je sors donc du bar et m’assoit devant. Le vent me fait vraiment du bien, je commençais à avoir chaud à l’intérieur. Un homme s’arrête devant moi.
HOMME : Félicitations mademoiselle, je vois que vous attendez un heureux événement.
MOI : Oh merci.
HOMME : Est-ce que vous allez bien ?
MOI : Oui, je prenais juste l’air quelques instants. Il fait chaud à l’intérieur.
… : Qu’est-ce que tu fous ici ? On t’avait dit de ne plus revenir ?
MOI : Reita ? Tu connais cet homme ?
REITA : Malheureusement. Et heureusement toi, tu n’as pas pu le connaître.
HOMME : Reita ? C’est vraiment toi ? Tu as changé mon garçon ?
MOI : Mon garçon ? Attends… Non… C’est ton père ?
REITA : Si on veut.
MOI : Donc, le connard qui a mis ma mère enceinte. Mon bâtard de père.
HOMME : Je ne comprends pas, qui êtes-vous mademoiselle ?
REITA : Ta gueule. Casses-toi.
MOI : Pourquoi je rentrerai ? J’ai enfin l’occasion de voir ce con et de lui dire ce que je pense de lui. 20 ans sans père, ça forge le caractère quand même et ça laisse le temps de penser à certaines choses.
HOMME : 20 ans. Alors tu es Aya.
MOI : Ouais.
HOMME : Je suis désolé mais je ne pouvais pas avoir d’enfants illégitimes et…
REITA : Il vaut mieux que tu la fermes si tu veux pas que je te casse la gueule. Aoi ! Viens vite !
HOMME : Tu ne peux pas le faire tout seul ?
REITA : Ce n’est pas pour ça.
AOI : Qu’est-ce qui il y a ?
REITA : Emmènes Aya à l’intérieur, je ne veux pas qu’elle reste là.
AOI : Euh, ça va ?
REITA : T’inquiètes, je gère alors emmènes-là.
AOI : D’accord.

Aoi m’emmène de force dans le bar mais je ne veux pas laisser Reita tout seul avec ce con. Je ne veux pas qu’il lui fasse du mal. Reita, non !
AOI : Arrêtes Aya. Ne pleures pas. Reita sait gérer ce genre de truc.
MOI : Mais ce connard va faire du mal à Reita.
AOI : Mais il s’en ait toujours sorti quand quelqu’un venait l’emmerder, alors c’est bon.
… : Qui va faire du mal à Reita ?
MOI : Senyu.
SENYU : Dis-le moi.
MOI : Notre con de père.
SENYU : Ok.

Là, Senyu s’en va. Il est super énervé. J’ai beau lui dire de ne pas y aller, il y va quand même. Maintenant, c’est Senyu qui va souffrir avec Reita. Non, je ne veux pas. Reita. Senyu. Revenez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Jeu 2 Juil - 5:20

Chapitre 23

POV Reita

Il ne m’a pas fallu longtemps pour m’en débarrasser mais ce con ne m’a pas raté. Enfin, cette fois j’espère qu’il ne reviendra plus. Je ne veux pas qu’il fasse souffrir Aya. Elle ne mérite pas ça. Elle a fait sa vie sans lui et elle peut continuer sans lui. On sera là. Je serai là, contrairement à lui.
… : J’arrive trop tard.
MOI : Senyu ! Oui, tu n’as pas pu voir la raclé que je lui ai mis.
SENYU : Non, moi aussi je voulais lui foutre mon poing dans la gueule.
MOI : Mais tu le connais même pas.
SENYU : Vu l’état dans lequel était Aya, je me suis dis que je pourrai faire ça, mais trop tard.
MOI : Dommage pour toi.
SENYU : Il ne t’as pas raté quand même.
MOI : Ouais, mais ce n’est pas grand chose.
SENYU : Il mérite que je le retrouve et que je lui pète la gueule pour t’avoir fait ça.
MOI : Trop mignon.
SENYU : C’était pas le but.

Je m’approche de Senyu et l’embrasse. Il ne me faut que deux choses maintenant : être avec lui et voir Aya heureuse avec Aoi.


POV Aya

Reita et Senyu ne sont toujours pas revenus. J’espère qu’ils ne leur ai rien arrivé. Aoi essaye de me calmer comme il le peut. On n’a rien dit aux autres, histoire de ne pas les inquiéter.
… : Arrêtes de te morfondre comme ça. Je t’ai dit que j’allais gérer.
MOI : Reita ! Enfin !
REITA : Tu croyais quoi ?
MOI : J’avais peur c’est tout.
REITA : C’est bon tout est arrangé il ne reviendra pas. On sera tranquille.
MOI : Mais qu’est-ce que tu…
REITA : Ne te tracasses plus pour lui.
MOI : D’accord. Je te fais confiance.

Le reste du temps passé au bar se déroula tranquillement. Comme je commence à fatiguer, Aoi décide de rentrer. Les autres restent au bar et vont sûrement y passer toute la soirée d’ailleurs, surtout Miyavi et Uruha.

Une fois rentrés, Aoi et moi nous nous installons devant la télé avec des pop-corn, dont plus de la moitié seront mangés par moi. On décide de regarder un film d’horreur. Encore. Je me cale contre son torse et il passe un bras autour de mes épaules. J’aime être dans ses bras. J’ai l’impression que rien ne peut m’arriver quand je suis avec lui.

Ellipse de deux heures

Il est 23 heures. Le film est fini. Aoi s’est endormi, et dire que c’est moi qui était fatiguée. Je me penche, ramène la couverture sur nous et je m’installe plus confortablement pour dormir. J’entends du bruit dehors. J’essaye de ne pas y porter attention, mais le bruit s’approche de plus en plus. Je me rends compte que ce sont les autres qui rentrent.
Entrée fracassante pour tous. Senyu tombe, suivi de Reita. Ruki et Kai sont mort de rire, pendant que Uruha et Miyavi sont sur le pas de la porte à s’embrasser.
SENYU : Aïeeeeeeeuh ! Ça fait mal.
REITA : De quoi tu te plains ?
SENYU : Je me suis fais mal.
REITA : Alors, je vais te soulager mon chéri.
SENYU : Huum. Oui.
REITA : Je te veux maintenant et ici.
SENYU : Alors viens.
MOI : Hey ! Faites moins de bruit et allez ailleurs vous deux. C’est pareil pour les autres.
REITA : Oh Aya. Tu ne dors pas?
MOI : Moi non. Mais Aoi si. Alors arrêtez et allez dans votre chambre.
REITA : D’accord. Viens Senyu, je vais m’occuper de toi. Oh puis non, je vais te porter.
SENYU : Romantique ?
REITA : Eh oui.

Reita porte alors Senyu jusqu’en haut. C’est assez drôle à voir. Reita n’est pas très sûr de ce qu’il fait et ne marche pas très droit, mais Senyu ne s’en rend pas compte, heureusement d’ailleurs. Apparemment ils sont réussis. Ruki et Kai me disent « Bonne nuit » et montent se coucher. Miyavi et Uruha sont toujours sur le pas de la porte à s’embrasser. Lorsqu’ils se décollent enfin l’un de l’autre, je leur fait signe de monter pour être tranquille, ce qu’ils font de suite en me souriant et en se jetant des regards pervers. Ils se sont bien trouvés ces deux-là.
Une fois que tout le monde est monté, je ferme enfin les yeux et retourne dans les bras de Aoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Jeu 2 Juil - 5:25

Chapitre 24

27 Mai. Aujourd’hui c’est l’anniversaire de Reita et je suis bien décidé à faire toutes les misères possibles à mon frère. Je me lève et Aoi fais de même. Je lui explique ce que je vais faire et il est d’accord. Normal, il veut se venger de tout ce que Reita a pu dire sur nous, alors c’est l’occasion rêvée. Arrivée devant la chambre, la porte s’ouvre. Par chance ce n’est que Senyu.
SENYU : Déjà levé ?
MOI : Je peux dire la même chose de toi.
SENYU : Ouais. Bref, vous allez faire quoi là ?
MOI : On va chouchouter Reita pour son anniversaire.
AOI : Ouais, ça va être excellent. Il dort encore.
SENYU : Beh ouais justement, alors vous allez devoir attendre.
AOI : Parfait.
SENYU : Euh…
MOI : Tu croyais vraiment qu’on allait être gentil avec lui ?
SENYU : J’avoue que ça me semblait bizarre. Mais bon, je pensais que vous alliez faire une exception aujourd’hui.
AOI : Mais c’est une exception. On va être plus gentil que d’habitude.
SENYU : Ok, je vois. Vous allez lui faire quoi ?
MOI : Tu vas voir.

Sur ces mots, Aoi ouvre la porte et on entre. Senyu est resté à l’extérieur et préfère ne pas voir ce qu’on va faire à son homme. Je vérifie que Reita et endormi profondément. Il l’est. Parfait. Je fais signe à Aoi et celui-ci le prend dans ses bras et le soulève. On ressort de la chambre sous le regard interrogateur de Senyu. Tout le monde est réveillé puisque nous retrouvons les autres en bas assis sur le canapé. Ruki nous regarde et Uruha est mort de rire.
RUKI : Qu’est-ce…
MOI : Chuut !

Reita bouge un peu et serre plus fort Aoi. Non, il me fait quoi celui-là ? J’ouvre la porte d’entrée à Aoi et nous nous dirigeons derrière la maison. Une fois arrivé à l’endroit voulu, Aoi ne peut s’empêcher de sourire. Tout le monde avait suivi et avait compris ce qui allait se passer.
AOI : Prêt ?
MOI : Bien sûr.
URUHA : On fait le décompte ?
AOI : Si tu veux. Il n’aura pas le temps de réagir.
URUHA : Ok. Alors tous en même temps.
TOUS : 3… 2… 1…
REITA : Hum ?

SPLASH !!!
REITA : Ah !!! Mais... Bande de baka. Pourquoi ?
AOI : C’est ton anniversaire voyons. Un petit plongeon dans la piscine était donc le bienvenu.
REITA : Ah ouais ?
AOI : Bien sûr.
REITA : Pfff !

Reita sort de la piscine. Il y a juste quelque chose que Aoi n’avait pas prévu : la vengeance immédiate de Reita. Reita s’approche de Aoi qui est toujours mort de rire et le pousse.
SPLASH !!!
AOI : Hey ! C’est pas cool ça !
REITA : Je me venge, c’est tout.
MOI : Tu oses te venger ?
REITA : Tu vas me faire quoi ? Tu peux à peine bouger. Dois-je te rappeler que tu es enceinte de 8 mois ?
MOI : ( regardant Uruha ) Justement.
REITA :

Uruha arrive derrière Reita et le fait tomber au sol. Maintenant Reita se retrouve bloqué puisque je me suis mise à califourchon sur lui.
REITA : Aaaah mais dégages !
MOI : Alors, tu vois être enceinte à ses avantages.
REITA : Et ça te sers à quoi de faire ça ?
MOI : A exiger des excuses.
REITA : Des excuses ? Mais c’est le monde à l’envers !
URUHA : Tu t’excuses d’avoir poussé Aoi dans la piscine et on te relâche.
REITA : Non !
MOI : Reita ?
REITA : Jamais !
URUHA : Tu sais qu’il ne faut pas énerver une femme enceinte.
REITA : Pfff. Je ne veux pas. C’est Aoi qui a commencé.
MOI : Oui, mais c’est parce que c’est ton anniversaire.
REITA : Parce que c’est mon anniversaire, je dois être torturé ?
URUHA : Comme tout le monde.
REITA : C’est horrible !
MOI : Alors ?
REITA : D’accord. Désolé Aoi !
MOI : ( me relevant ) Et bien voilà.
AOI : Tu ne veux pas recommencer.
REITA : Non, mais ça va pas j’ai rien fais là.
AOI : Pas pour toi baka.
REITA : Quoi ?
MOI : Pourquoi pas.
URUHA : Intéressant.
REITA : Pourquoi je comprends rien là ?
URUHA : Parce que t’es pas assez pervers pour ça.
REITA : Ok, je veux même pas savoir alors.

Après ce réveil plutôt brutal pour Reita, on décide tous de le laisser tranquille et de laisser Senyu s’en occuper.

Je vous laisse deviner ce qu’on a fait de notre journée et de notre soirée. Oui, c’est ça. Encore dans notre bar favori et là pour une fois, on a perdu Reita. Moi qui me demandais si c’était possible d’être dans un état pire que Uruha, et bien oui, il suffit de voir Reita le jour de son anniversaire. Il est complètement bourré et Senyu n’est pas loin non plus. Ils sont totalement incontrôlables et le fait d’être avec Miyavi et Uruha n’arrange rien. Du coup, Ruki, Kai, Aoi et moi avons décidé de nous éloignés un peu de leur table. La soirée se déroula donc ainsi avec les calmes d’un côté et les excités de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyôsuke
Fan de -Oz-
Fan de -Oz-
avatar

Nombre de messages : 1893
Age : 28
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   Jeu 2 Juil - 5:29

Chapitre 25

Deux semaines sont passéees et c’est déjà l’anniversaire de Uruha. Au programme : petit déjeuner convivial préparé par Kai. Je sais pas si c’est l’effet de son anniversaire, mais Uruha a mangé la moitié de son pot de nutella. Quel morfal celui-là ! Me voyant perplexe devant le comportement de Uruha, Aoi me donne un coup de coude et me montre Miyavi. Mais qu’est-ce que je suis bête ! Bien sûr, c’est Miyavi la raison de cette fringale. Je suis complètement ailleurs depuis quelques jours. Enfin, c’est normal dans deux semaines le bébé va naître et je ne pense qu’à ça. Imaginez alors Aoi et Reita. Ils ne sont pas tranquilles comme la dernière fois lors du rendez-vous.
Après avoir manger, je prends ma bouteille d’eau et me lève pour me poser sur le canapé. Mais on dirait qu’on en a décidé autrement. A peine levée de ma chaise, j’ai mal au ventre. Je fais tomber la bouteille et tombe à genoux en hurlant de douleur. Il n’a pas fallu deux secondes pour voir arrivé Aoi et Reita complètement paniqués, ce qui a ramené bien évidemment les autres. Ruki va à la voiture et la démarre pendant que Aoi et Reita me transporte jusqu’à celle-ci.
Une fois arrivés à l’hôpital, les autres ne tardent pas à arriver à quelques minutes près. Tout le monde veut venir mais l’infirmière n’est pas d’accord.
INFIRMIERE : Seuls le père et la famille peut venir.
URUHA : Mais on est tous sa famille.
INFIRMIERE : Tous ? Ne vous moquez pas de moi s’il vous plaît.
AOI : T’en fais pas Ruwa. On reviens aussitôt.
URUHA : Mais…
REITA : Ruwa, calmes-toi. Ça va aller.
URUHA : Tes sûr ?
REITA : Mais oui. C’est une battante. Tu le verras bientôt ton neveu. Miya, occupes-toi de lui. Il va en avoir besoin.
MIYAVI : D’accord.

Reita et Aoi suivent l’infirmière qui m’emmène.

Ellipse de dix heures

POV Uruha

Ça fait dix heures que Aya est partie. Aoi et Reita ne sont toujours pas revenus. Miyavi a beau me réconforter ça ne change pas grand chose. C’est dans ma nature de m’inquiéter, surtout pour les personnes qui sont chères à mon cœur. Ruki tourne en rond dans la salle et Kai essaye de le calmer. Senyu, contrairement aux autres, est complètement calme. Je me demande comment il fait dans un moment pareil.
La porte s’ouvre pour la énième fois, sauf que cette foi si c’est Reita qui sort. Je me jette sur lui.
MOI : Alors ?
REITA : Miyavi, je t’avais demandé de le calmer.
MIYAVI : Mais c’est pas facile tu sais.
MOI : Mais comment veux-tu être calme après dix heures d’attente ?
REITA : Beh, on y peut rien.
MOI : Bon, tu vas parler oui ou non ?
REITA : Oui. Tout c’est bien passé. Le bébé est en pleine forme. Il a juste deux semaines d’avance par rapport à ce qui était prévu.
MOI : Et ?
REITA : Et quoi ?
MOI : Un garçon ou une fille ?
REITA : Eh bien, le bébé sera un talentueux bassiste.
MOI : C’est un garçon !
MIYAVI : Génial. Mais je ne suis pas d’accord sur un truc.
MOI : De quoi tu parles ?
MIYAVI : Il ne sera pas bassiste, mais guitariste. Reita ne fait pas le poids face à nous. On est quand même cinq guitaristes.
REITA : Même pas vrai vous êtes quatre et il m’aimera et pas vous.
MOI : Dis donc tu oublies Ruki. Et de toute façon, c’est Aya et Aoi qui vont faire son éducation je te rappelle.
REITA : C’est pas juste.
KAI : On peut aller la voir ?
REITA : Oui, on peut y aller mais il faut faire le moins de bruit possible.
MOI : Ouais !
REITA : Uruha !
MOI : Oup’s désolé.
REITA : Baka !

On suit tous Reita jusqu’à la chambre de Aya. Et un petit mec en plus dans la maison. C’est cool ça. Arrivés dans la chambre, Aoi nous fais signe de pas faire de bruit pour le bébé.
MOI : Oh il est trop chou.
KAI : C’est vrai qu’il est mignon.
AYA : Merci.
MIYAVI : Enfin, ça vient surtout de toi Aya, parce qu’on peut pas dire que Aoi soit beau.
AOI : Toi, je te frappe en sortant.
MIYAVI : Beh quoi, ça aurait été moi le père il serait encore plus beau. Aïe !
MOI : Tais-toi tu veux bien ?
MIYAVI : Bon d’accord.
MOI : Alors il s’appelle comment le petit ?
AYA : Kouyou.
MOI : Oh ! Tu l’a appelé…
AYA : Oui, comme toi.
MOI : ( les larmes aux yeux ) Mais pourquoi ?
AYA : Parce que je t’aime bien sûr.
REITA : Ça sonne bien Kouyou Shiroyama.
AYA : Je trouve aussi.

Et voilà, le petit Kouyou est né. C’est le plus cadeau que je pouvais avoir pour mon anniversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle vie, nouvelle famille [The GazettE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Nouvelle salle de repet sur Ales
» [Info] Bill : nouvelle coiffure, nouveau style : photos !
» La petite nouvelle: Saranayde
» [info]C'est confirmé! bill a bien une nouvelle coiffure
» Nouvelle rockeuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raison d'être du Visual Kei :: Vos créations et votre pub :: Vos FanFictions et autres :: Vos FanFictions-
Sauter vers: